Publié dans Sport

Football – Coupe d’Afrique des Nations - Marco Ilamaharitra forfait contre l’Ethiopie

Publié le lundi, 11 novembre 2019

Les éliminatoires de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations se dérouleront durant la trêve internationale du 11 au 19 novembre 2019. Madagascar, qualifié à l’issue du tour préliminaire, entre en lice  dans le groupe K en compagnie de la Côte d’Ivoire, Niger et Ethiopie. Les Barea croiseront les crampons contre les Walya d’Ethiopie, au stade de Mahamasina, le samedi 16 novembre à 16h. Trois jours après, le 19 novembre à 17h, au Stade Général Seyni Kountche, ils vont rencontrer le Niger. Mais avant, les Mena auront à leur menu les Eléphants de la Côte d’Ivoire ce samedi 16 novembre.
Nicolas Dupuis vient de recruter un titulaire indiscutable durant la double confrontation. Finalement, la nouvelle est tombée, hier, annonçant que l’international malagasy évoluant au Royal Charleroi Sporting Club, Marco Ilaimaharitra, ne sera pas disponible pour le match contre l’Ethiopie de samedi. Lors du match contre Malines, ce joueur malagasy a été victime de propos racistes, ce qui l’a blessé profondément. Un casse-tête pour le coach des Barea.
En ce qui concerne l’infrastructure, le Stade de Mahamasina abritera pour la première fois un match international, après le drame, qui a fait au moins un mort lors de la 5ème journée contre le Sénégal en septembre 2018. Des émissaires de la CAF étaient de passage à Madagascar pour constater de visu l’état du stade et sur sa capacité d’abriter ce match d’envergure. Concernant les mesures de sécurité, apparemment, avant ce match contre l’Ethiopie, l’on n’a décelé aucun changement.

Quant à l’organisation, cela reste à savoir. En attendant, on attend le ‘‘verdict’’  émanant de la CAF en ce qui concerne sa visite.
Quant à l’équipe nationale malagasy, les derniers membres de la délégation sont attendus ce mardi. En raison d’un dommage matériel survenu sur l’avion d’Air Mad, le vol ayant pris du retard a été repoussé à 8h 10, devant amener les derniers membres de la délégation (joueurs et staffs). Parmi cette délégation, l’arrivée d’Abel Anicet, Rayan Raveloson et de Njiva est attendue avec les autres membres du staff technique. Le milieu international du club qatarien Al-Khor SC, Ibrahim Amada est attendu dans l’après-midi. Adrien Melvin, Carolus et Dax sont déjà dans le pays après l’arrivée de Thomas, Bolida, Mombris, Paulin, Dimitri, Voavy Paulin. Ils ont déjà rejoint le premier rassemblement de l’équipe, hier matin, au stade de Mahamasina avant un petit décrassage au stade Elgeco Plus By Pass l’après-midi. 
Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff