Publié dans Culture

Agenda du week-end

Publié le jeudi, 04 novembre 2021


Vendredi
Francis Turbo
Francis turbo se produira ce soir à 19h au CCEsca Antanimena pour une nuit d’humour et de la bonne humeur. Le célèbre humoriste dont le talent n’est plus à présenter au public sera à nouveau là pour faire rire jusqu’à en pleurer les spectateurs, et les divertir à fond à travers des sketchs, saynètes, blagues, plaisanteries, ainsi que des chansons. Cette fois-ci, l’artiste présentera son nouveau volet  intitulé « Hafakoa raiky ty ». Un nouveau rendez-vous à ne pas rater !  

Janga Ratah
Après une longue absence sur la scène tananarivienne, Janga Ratah et son équipe animeront ce soir la salle du Bonara-Be située au 67Ha. A cette occasion, le public aura droit au rythme tropical à gogo. Les tubes comme « Salegy awoe », « Kaka lehilahy », « Pointure araiky », « Ampiakaro vintagna leroa », « Tsara velogno », « Tsy mavozo mifagnatriky »... seront certainement appréciés par l’assistance. Accompagné par de remarquables musiciens, de talentueux choristes et d’énergiques danseurs et danseuses, Janga Ratah est capable de faire vibrer l’ambiance à son plus haut niveau, et cela à travers un répertoire qui pousse à rejoindre la piste sans hésitation.
     
Bebey, Benny et Nini Kolibera
Quand Benny, Bebey et Nini Kolibera se retrouvent, l’ambiance ne peut être qu’exceptionnelle. Ce ne sont pas les irréductibles de Lôlô sy ny tariny qui diront le contraire. Ce soir, ces potes de toujours vont à nouveau embarquer le public dans un rendez-vous inédit au Piment Café, Behoririka. Comme au bon vieux temps, Benny et sa bande vont replonger leurs inconditionnels dans les années ’70.

Jariake
Une ambiance tropicale assurée à travers un répertoire dominé par du rythme à gogo. En matière d’animation, Jariake est un grand habitué de la scène et occupe la place qu’il mérite dans la grande famille des artistes. Maîtrisant de multiples styles musicaux, allant du « salegy » au slow en passant par du coupé décalé, de la biguine..., le jeune artiste est capable d’offrir une soirée survoltée et explosive. A apprécier sur place ses tubes comme « Tratsinao soa gny codiko », « Tairo amin’izay fa lera », « Mamy siramamy », « Be vitamine », etc.

Inah
Après avoir donné un concert le week-end dernier, Inah va encore entamer une autre soirée au Frichti, Nanisana à partir de 20h. D’après ses fans, cette chanteuse - à la fois talentueuse et passionnée par son métier - n’a pas encore terminé de leur faire plaisir. Cette fois-ci, Inah sera accompagnée du célèbre guitariste Mbola Talenta. Elle reprendra sans doute ses plus grands tubes mais interprètera également d’autres titres qu’elle affectionne particulièrement. Il y aura des « kalon’ny fahiny », du jazz, de la musique country,… Certainement, la monotonie ne sera pas au rendez-vous !

Samedi
Matsubara
Ce samedi soir, Julien Tcheik Matsubara nous dévoilera ses plus belles compositions dans un style de fusion, tantôt traditionnel et tantôt moderne avec une tendance plus marquée pour la variété. Ses paroles de musique évoquant de tout, entre autres l’amour et la joie, sont plus qu’accrocheuses. Ses œuvres sont sur toutes les lèvres malgré des absences scéniques dans la Capitale, une situation due à la crise sanitaire liée au coronavirus. Demain soir, il va faire danser les noctambules du No Comment Bar, sis à Isoraka.

Dadah - « Etsy ho tadidina »
Un concert riche en nostalgie et souvenirs. Ce samedi 6 novembre, un grand événement intitulé « Etsy ho tadidina » aura lieu dans la salle du CCESca Antanimena à partir de 17h. De nombreux artistes ont accepté de se réunir pour rendre hommage à cet illustre chanteur, disparu il y très peu de temps, à l’instar de Bodo, Mia, Steph Rambi, le crooner Rija Ramanantoanina, Vakamiarina, ainsi que Bekoto et Dama du groupe Mahaleo qui y seront présents pour reprendre les titres emblématiques de cet auteur-compositeur émérite.

Dimanche
Mahaleo
Les deux membres restants du groupe Mahaleo, à savoir Dama et Bekoto donneront rendez-vous ce dimanche 7 octobre à partir de 14h à Antsahamanitra. Tous ces deux piliers du groupe Mahaleo annoncent des retrouvailles chaleureuses et surtout fédératrices. « Ianareo ve hijanona sa hiaraka aminay ? », c’est à travers ce cri de ralliement que le groupe convie le public à festoyer en musique, mais surtout à rendre un vibrant hommage en mémoire de leurs défunts frères. Ce concert entre dans le cadre de la célébration du 50ème anniversaire du groupe Mahaleo.

Solo Andrianasolo
A la guitare comme au chant, Solo Andrianasolo est bon, très bon ! Mais ce ne sont pas les seuls domaines dans lesquels il excelle. La plupart des gens ignorent que Solo est également un talentueux saxophoniste. Certes, on ne le voit jouer de cet instrument que dans de rares moments. L’occasion se présentera certainement ce soir puisque c’est la célébration des 40 ans de scène de l’artiste. Et comme un anniversaire ne se fête pas tout seul, Solo a invité Njakatiana et Poopy pour partager la scène avec lui. A votre agenda donc, à l’affiche au CCEsca Antanimena, ce dimanche à partir de 15h,  il y aura Solo Andrianasolo, Njakatiana et Poopy pour un concert qui s’annonce assez intimiste et conviviale.
Si.R

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff