Publié dans Culture

Festival du rire « Jôkôsô »  - Les crèmes du comique à l’affiche

Publié le lundi, 08 novembre 2021

Une belle tranche de rire. Demain sera donné le coup d’envoi du festival du rire baptisé « Jôkôsô ». Un événement programmé du 10  au 13 novembre qui s’annonce déjà cocasse et promet d’être conviviale avec huit spectacles assurés par une brochette de comédiens dans quatre différents endroits de la Capitale, tels que le centre culturel malagasy ou IKM Antsahavola, le centre Ivokolo à Analakely, Lucky Green à Ambatonakanga et Madagascar Underground situé à Antsahavola.

 

De grandes pointures sont attendues, mais également des talents en devenir. Durant ces quatre jours, de grands éclats de rire vont donc submerger Antananarivo. Pour la première journée de lancement, la présentation sera assurée par le fameux Francis Turbo, Sitraka IKM, Dadavy, Mamy Ralijaona, Sisih Kely, Eric & Honorat Fou Hehy et d’autres jeunes humoristes. A en déduire que les programmateurs de cet évènement ont concocté une affiche alléchante où les poids lourds de l’humour vont côtoyer les nouveaux talents dans ce domaine.

Alléchante

Ces spectacles de rire s’annoncent attirants vu la grille des programmes et la multitude d’artistes attendus durant ces quatre jours de fête. Les raisons de ne pas rater ce festival sont nombreuses. Tout d’abord, la présence des plusieurs humoristes et comédiens populaires. Des artistes qui peuvent faire rire aux larmes sur des sujets du quotidien. Il y aura également des jeunes talents capables d’évoquer quelques grands défis de notre époque, notamment à travers des sketchs évoquant des thèmes relatifs à l’éducation, l’écologie, la fracture sociale, les problèmes quotidiens, toujours avec un style brûlant et aiguisé. Chaque sujet sera analysé pour souligner l’hypocrisie contenue dedans, tout en essayant de dégager des solutions pour y remédier… Le tout dans un humour piquant, présenté avec une énergie spectaculaire et du rythme effréné. Pour l’achat des billets et les réservations, rendez-vous sur les lieux des spectacles ou à l’IKM Antsahavola.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff