Publié dans Culture

Patrimoine de l’UNESCO - Le « Kabary » malagasy inscrit dans l’Histoire

Publié le dimanche, 16 janvier 2022


Une autre bataille gagnée par le ministère de la Communication et de la Culture. Samedi dernier, le ministère de la Culture et de la Communication (MCC), les « mpikabary » (orateurs) ainsi que le peuple malagasy ont célébré la Journée nationale du « Kabary » ou art oratoire malagasy au palais d’Andafiavaratra. Ainsi, il a été établi que la date du 15 janvier est désormais décrétée comme Journée nationale du « Kabary » et va être célébrée comme tel chaque année. La raison du choix  de cette date est que c’était à partir du 15 janvier que la décision du Comité intergouvernemental de tous les pays de l'UNESCO ou Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, d'inscrire la langue malagasy au patrimoine culturel immatériel de l’humanité a pris effet. « C’est grâce aux efforts tant fournis que l’on a pu réaliser cet exploit. L’équipe du MCC avait mené un travail de longue haleine et effectué un long processus pour parvenir à ce succès afin de promouvoir la culture malagasy aux yeux du monde entier », a affirmé la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo lors de son discours.
De mémoire, c’était depuis l’année 2010 que le ministère de la Culture de cette époque a signé et soumis le document sur le « kabary » au Programme Mémoire du Monde pour être classé comme Patrimoine documentaire. Cependant, l'UNESCO avait rejeté cette requête, en affirmant que le Kabary était un « art oratoire » et ne pouvait pas donc être inclus dans le Patrimoine documentaire. Ce n’était qu’à partir de 2019, à l’arrivée de l’équipe actuelle de la Direction du MCC dirigé par la ministre Lalatiana Andriatongarivo, qu’il a été décidé de republier le processus à l'UNESCO et de compléter tous les documents nécessaires. Le MCC, pour sa part, n’a pas baissé les bras. Et après avoir entamé les différentes démarches, le Comité international pour la préservation de la propriété intellectuelle humaine approuve l'écriture du « Kabary malagasy » comme patrimoine de l’UNESCO, le 15 décembre dernier.

Fanfare
Le « Kabary » est ainsi le deuxième patrimoine culturel immatériel de l’humanité à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO après le « Zafimaniry » en 2008. Il est à noter que seul le ministère chargé de la Culture est habilité à présenter des demandes d'inscription d’un patrimoine culturel à l'UNESCO, qu'il soit matériel (patrimoine culturel matériel mondial) ou immatériel (patrimoine culturel immatériel de l'humanité). Autrement dit, seul le ministère de la Culture peut représenter un pays, c’est ce qu'on appelle « Etat partie ».
Durant la cérémonie, les différents intervenants ont souligné l'importance du « kabary » dans la société malagasy, en témoignant que cet art oratoire fédère le peuple et fait partie de la culture quotidienne du peuple malagasy depuis plus de 600 ans. Et chaque Région de la Grande île le pratique en toute circonstance, que ce soit en cas d’évènement joyeux ou de deuil. Les « Mpikabary » (orateurs qui sont venus en masse durant la cérémonie ont exprimé leur joie et leur gratitude. En effet, ils attendaient ce moment depuis longtemps. Cette démarche au niveau international nous sera d'une grande utilité dans la promotion de la culture et de l'identité malgaches. A mentionner que tous les orateurs (« Mpikabary ») de toute l'île étaient représentés lors des festivités. Le MCC, de son côté, a également déposé une autre  demande  pour inscrire les  « Hira gasy » (chansons traditionnelles malagasy)  et l’église catholique d'Ambodifotatra Sainte-Marie comme patrimoines mondiaux de l’UNESCO. Une autre affaire à suivre !
Sitraka Rakotobe   

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff