Publié dans Dossier

Foire 4M - Un coup de pouce pour l’industrie cinématographique malagasy

Publié le vendredi, 18 décembre 2020

Peu développé, le cinéma malagasy a encore une mauvaise réputation jusqu’à maintenant. Avec des réalisations faites à la va-vite et non abouties, des débouchés et des revenus limités, l’industrie cinématographique malagasy peine à convaincre les téléspectateurs. Sauf que les opérateurs veulent aujourd’hui inverser cette tendance et apporter un nouveau souffle au monde du cinéma à Madagascar. La foire 4M-Madagasikara Mijoro Miray Hina Mifaly, en promouvant le savoir-faire malagasy et les produits « Vita Malagasy », soutient ainsi cette initiative. Les produits cinématographiques peuvent devenir exportables, mais il faut se conformer aux normes établies par le marché.

 

Le monde du cinéma ne cesse d’avancer dans les quatre coins du globe. Mais cela n’empêche pas l’industrie cinématographique malagasy d’évoluer et de se mettre à leur niveau. « Les jeunes acteurs dans le cinéma malagasy ont beaucoup de potentiels, sauf que ces potentiels sont peu exploités. Nous voulons ainsi leur donner un coup de pouce pour qu’ils puissent, d’une part se faire connaître du grand public et d’autre part nouer de nouvelles collaborations et trouver de nouveaux partenaires pour étendre leurs activités », soutient Michel D. Ramiaramanana, président du Comité d’organisation de l’événement.

Des collaborateurs ont notamment déjà manifesté leur intérêt pour une éventuelle collaboration avec l’industrie du cinéma à Madagascar. « Des réalisateurs venant de Bollywood ont pris contact avec nous pour voir de visu de quoi nos producteurs sont capables. Des échanges sont ainsi en cours pour voir ce qui peut se faire entre les deux parties. Dans tous les cas, cette prise de contact signifie déjà beaucoup, sachant que la production bollywoodienne coûte à elle seule plusieurs milliards de dollars », rajoute-t-il.

Faire du cinéma un secteur prioritaire

Historiquement, le cinéma malagasy a vu le jour bien avant notre indépendance. Visuels dans l’âme, nous avons toujours été illustratifs dans nos récits et dans nos modes de pensée. Ce qui n’a rien de mal car, même en faisant référence à nos citations et dictons divers, on y retrouve toujours des références visuelles, à l’exemple du proverbe : « Ny toky fitaka fa ny atao no hita … ». Depuis 1937, année de réalisation du premier film malagasy jusqu’à la fin des années 80, Madagascar a pu offrir à différentes générations une culture cinématographique assez élevée si l’on ne se réfère qu’au fonctionnement de plusieurs salles de cinéma de l’époque dans de nombreuses grandes villes.

Malheureusement, de nos jours, lorsqu’on parle de cinéma, cela sous-entend un domaine mal reconnu, amateur et sans débouché. Le cinéma a effectivement beaucoup évolué, si l’on ne cite que les grandes productions étrangères hollywoodiennes, européennes, asiatiques et africaines. Hélas, force est de reconnaître que le cinéma malagasy n’a pas pu intégrer le cercle très fermé des pays qui sont déjà très développés dans ce domaine.

Par manque de réelles structures solides aux normes, il n’existe qu’un marché du cinéma à Madagascar et non une réelle industrie aux normes adéquates. Un des facteurs qui fait obstacle à cet engouement dont le plus important est l’absence de « plates-formes » permettant aux personnes œuvrant dans le cinéma de se professionnaliser, de se promouvoir et surtout d’évoluer.   

C’est en ce sens que dans le cadre du Salon 4M, la plateforme destinée au cinéma, animée principalement par le Cabinet d’expertise cinématographique Profiler, sera une opportunité majeure de mettre en relief les valeurs du Septième art et les impacts socio-culturels et économiques qu’il engendre.

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff