Publié dans Economie

Masques de protection en tissu - Dix entreprises en phase d’exporter leurs produits

Publié le dimanche, 17 mai 2020

Pris d’assaut. Les masques de protection chirurgicaux FFP2 connaissent une pénurie sur le marché mondial. Dans le contexte actuel où le coronavirus ne cesse de se propager, plusieurs pays se tournent vers l’utilisation des masques de protection en tissu en guise d’alternative. Les entreprises franches et textiles malagasy ont ainsi saisi cette opportunité afin d’écouler leurs produits. Dorénavant, Madagascar devient un pays exportateur de cache-bouches. « Dix entreprises ont déjà déposé leur demande d’autorisation auprès du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat.

Elles vont approvisionner notamment les îles voisines, les pays d’Afrique, ceux de l’Europe et de l’Amérique. A noter que ces sociétés sont les premières à avoir été impactées par la baisse considérable de la demande. Par contre, les besoins en masques de protection haussent sur le marché international. Cette exportation leur permettra de survivre durant cette crise tout en maintenant l’emploi dans le pays », annonce Ramindo Gaëtan, directeur général de l’industrialisation lors de son intervention dans une chaîne de télévision privée. 

La société Akanjo figure parmi les entreprises textiles exportatrices. Selon le directeur général, Guerrier Alexandre, leur société a déjà prévu d’exporter 5 000 masques de protection vers le Canada. « Nous avons déjà obtenu une autorisation auprès du ministère de tutelle. Ces cache-bouches sont vendus à 1,20 euro la pièce. Par ailleurs, nous produisons 10 000 pièces par jour. On approvisionne en même temps la population locale », explique-t-il. Cette entreprise exporte également vers La Réunion. L’île voisine importe 50 000 masques en tissu chaque semaine pour alimenter le marché local. 

Dès l’annonce de l’arrivée de la pandémie dans la Grande île, le Gouvernement malagasy travaille en étroite collaboration avec cinq entreprises franches pour confectionner 150 000 masques par jour. Et ce, afin d’assurer une distribution gratuite à toute la population. Cela permettra aussi aux entreprises de survivre car le secteur textile reste un secteur stratégique à Madagascar. Il représente 19 % du produit intérieur brut. 

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff