Publié dans Economie

Plan multisectoriel d’urgence - Le oui…mais du secteur privé

Publié le vendredi, 19 juin 2020


« Bonnes initiatives ». Ce sont en ces termes que Thierry Rajaona, président du Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) a qualifié la rencontre des membres du secteur privé avec le Président de la République, ainsi que quelques membres du Gouvernement. « C’est la première fois qu’une rencontre d’une telle envergure est organisée entre les deux parties. Les membres de l’administration publique, mais plus particulièrement le Chef de l’Etat, ont été particulièrement à l’écoute de nos opinions et nos propositions. Ce qui nous a permis de faire des réels échanges concernant le plan multisectoriel d’urgences mis en place pour faire face aux impacts de cette pandémie de coronavirus » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse pour présenter les remarques du secteur privé, suite à la rencontre d’hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA), sise à Antaninarenina. « Et nous espérons que ce type d’échanges se perpétuera au fur et à mesure. Avec cette première rencontre, nous avons notamment ressenti une véritable volonté du Président de la République de collaborer de près avec le secteur privé, afin d’initier le développement économique du pays. A travers ces échanges, nous pensons qu’une méthode de travail efficace devrait émerger », rajoute Andrianavalomanana Razafiarison, président du « Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy » (FivMpaMa) ou groupement du patronat malagasy.
De ce fait, de leur point de vue, les groupements d’entreprises trouvent que le plan multisectoriel d’urgence est une stratégie très élaborée et fort louable. Toutefois, il est loin de répondre aux attentes des entreprises, dans l’immédiat. « Le plan se focalise surtout sur la relance de l’économie du pays, après la crise sanitaire. Cependant, nous ne savons pas encore quand est-ce que cette crise prendra fin. Après trois mois, nous n’avons pas encore atteint le pic de la maladie, contrairement à nos îles voisines. Pourtant, les entreprises malagasy sont aujourd’hui à l’agonie. Ainsi, nous avons besoin actuellement d’un plan de soutien durant la crise, tandis que le plan de relance pourra se faire après cette crise sanitaire », a soutenu le président du FivMpaMa.
Par conséquent, le report de la déclaration et du paiement des impôts au mois d’août n’est pas du tout une solution durable pour soutenir les entreprises en crise actuellement. « En parlant du report, le ministre de l’Economie et des Finances a évoqué que c’était un " cadeau " que l’Etat faisait au secteur privé. Mais il n’en est rien. Il s’agit là d’un report d’échéances seulement et non de paiement. Donc, il percevra quand même ces impôts. Mais le principal problème est que la plupart des PME n’auront pas de quoi payer leurs impôts, vu qu’elles n’ont pas tourné depuis près de trois mois », a expliqué le président du GEM.
Des demandes réitérées
Imaginer qu’une entreprise est une personne. Si cette personne est malade, il faudra s’atteler à la soigner avant de lui suggérer de se remettre au travail. Si cette personne continue de travailler en étant malade, elle risque de ne plus être productive comme avant. « Et c’est la situation que nous vivons maintenant », se désole Andrianavalomanana Razafiarison. Face à cette situation, la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM) demande ainsi un soutien financier pour tous les employés soumis au chômage total ou partiel. « Le plan de relance doit partir des travailleurs. Pourquoi les acteurs du secteur informel ont-ils reçu un appui de l’Etat et pas nous ? Pourtant, nous contribuons à travers les impôts prélevés sur nos salaires, aux caisses de l’Etat. Nous réclamons ainsi des indemnités de chômage pour les employés des secteurs les plus touchés. Nos revenus sont également loin de suffire pour faire face à cette crise », a déclaré le président du CTM.
Ces demandes ne représentent qu’une partie de leurs requètes. Un mémorandum relatant les attentes des membres du secteur privé sera prochainement présenté au Président de la République. Ils espèrent toujours que ces mesures mises en place ne sont pas définitives. D’après eux, les mesures qu’ils proposent sont tout à fait réalisables et applicables. Il suffit juste de la volonté.
Rova Randria

Fil infos

  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente
  • Région Alaotra Mangoro - Le Président Andry Rajoelina honore ses promesses
  • Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !
  • Secret du vote aux sénatoriales - Une seule et unique urne par District
  • Découpage territorial - Ikongo, Vohipeno et Manakara inséparables
  • Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « zalous »
  • Code municipal d’hygiène - Sensibilisation et éducation du citoyen avant tout
  • Mairie d’Antananarivo - Des élus oublient leur principale mission

La Une

Editorial

  • Jeu interdit !
    A quoi joue-t-on là-haut ? Immaturité politique ou gaminerie mal assimilée ! En tout cas, quelque chose pas très catholique du moins déconcertant se produit dans les rangs des dirigeants du régime en place. Totalement inconscients de l’impact nocif de leurs actes, certains s’amusent à s’adonner à un certain jeu dangereux, guerre entre frères d’armes. Non seulement un jeu dangereux mais plutôt interdit. Des observateurs avisés redoutent l’éclatement.

A bout portant

AutoDiff