Publié dans Economie

Réserves nationales d’or - L’initiative de la Banque centrale fait mouche

Publié le dimanche, 20 décembre 2020

Concrétisation. Suite à la signature de la convention de partenariat avec seize opérateurs aurifères en fin octobre, la « Banky Foiben’i Madagasikara » (BFM) a commencé à acheter de l’or depuis maintenant trois jours. Bien que certains opérateurs aient émis des doutes avant, la viabilité du processus convainc plus d’un. L’initiative fait mouche pour de multiples raisons. Citons entre autres le prix d’achat proposé par la BFM qui s’aligne au cours international, moins les frais relatifs à la transaction. L’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est déjà entrée en vigueur et est effective lors des ventes de la semaine dernière. Et le dernier point qui enlève toute appréhension concerne le paiement qui peut se faire au plus tard 12 heures après la vente. Bref, des procédures qui font des deux parties contractantes des gagnants.  

 

Forte de ce succès, la Banque centrale de Madagascar lancera un autre appel à manifestation d’intérêt cette semaine pour permettre à d’autres opérateurs de s’associer à la consolidation des réserves nationales d’or. Il s’agit de rendre pérennes les impacts dudit projet et de contribuer véritablement à la stabilité de la monnaie nationale. D’après les informations reçues, la BFM prévoit acheter une tonne d’or d’ici la fin de l’année 2021.

Suspension

A noter que l’exportation de l’or reste suspendue.

Le Gouvernement remet actuellement de l’ordre dans le secteur. « Cette mesure n’est pas anti-économique. La gabegie règne trop dans le secteur. On procède actuellement à la mise en place de l’amélioration et des réformes dans le secteur minier en général », déclare Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des Ressources stratégiques (MMRS), lors du face-à-face entre les membres du Gouvernement et les députés.

Baisse de l’exportation

Outre la suspension de l’exportation, le secteur aurifère figure également parmi les victimes de la crise sanitaire. L’exportation a connu une chute à hauteur de 50 % cette année. « Nous avons exporté 3,5 tonnes d’or en 2018. Cette quantité s’est établie à 2,4 tonnes en 2019. Puis, nous avons enregistré 1,39 tonne d’or exporté jusqu’en septembre 2020 », rapporte Fidiniavo Ravokatra. Toutefois, les recettes non fiscales issues des produits miniers se sont nettement améliorées. Leur montant s’élève à 50 milliards d’ariary contre 36 milliards d’ariary l’année dernière. Le secteur minier contribue actuellement à hauteur de 4,86 % du Produit intérieur brut (PIB) si ce taux était de 4,5 % l’année dernière. « Nous sommes dans la bonne voie pour faire du secteur un pilier du développement économique », se réjouit le numéro un du MMRS.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023
  • Route Nationale 44 - Les travaux avancent lentement…mais sûrement
  • Andry Rajoelina - Un Président respectueux de la démocratie
  • Diffamations envers les enfants du Président Rajoelina - Des mesures seront prises !
  • Université de Toamasina - Malgré tout, le président toujours en place
  • Forum économique international sur l’Afrique - Le Président Rajoelina plaide pour le secteur sanitaire et médical

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • A plaindre !
    Le microcosme politique dans lequel évolue l’Opposition à Madagasikara est médiocrement dominé par des hommes et des femmes à plaindre. Des leaders politiques qui souffrent lamentablement de perspicacitéet du sens de discernement. Ils conduisent les brebis vers l’échafaud. Fort heureusement que les simples militants sont plus intelligents voire plus malins que les dirigeants. Ils savent faire la différence entre le bon grain de l’ivraie. En effet, les supposés sympathisants ne se laissèrent guère manipuler par des dirigeants en manque d’objectif sérieux. La population de la Capitale atteint déjà un certain niveau de maturité politique, elle rejette toute tentative de livrer le pays au caprice de la crise ni de se faire avoir aux griffes du piège tendu.A tout seigneur, tout honneur ! Ravalomanana Marc, fondateur du parti TIM, le chef de file de l’opposition, en étant le président du RMDM, un ancien Chef de l’Etat, de son état, un ex-…

A bout portant

AutoDiff