Publié dans Economie

Pêche - Un nouveau souffle au projet SWIOFISH 2

Publié le mardi, 27 juillet 2021

Pour des actions impactant directement le quotidien des bénéficiaires. Au cours des trois dernières semaines, le nouveau coordonnateur national de projet SWIOFISH 2, lors de la deuxième phase du projet de gouvernance des pêches et de croissance partagée dans le Sud-ouest de l’océan Indien, s’est particulièrement indigné face aux résultats actuels du projet et de l’impact de celui-ci sur les personnes cibles dont les pêcheurs.

« Nous sommes aujourd’hui à mi-parcours du projet. Pourtant, le décaissement n’en est même pas à la moitié. Ce dernier enregistre actuellement un taux de 21,5% seulement. Qui dit taux de décaissement bas, dit faibles réalisations. Et l’enquête de satisfaction que nous avons réalisée récemment vient confirmer ces chiffres. Les bénéficiaires ont malheureusement répondu non satisfaits à cette enquête » se désole Mahery Randrianarison, coordonnateur national du projet SWIOFISH 2, hier, lors d’un rencontre à Mahajanga.

Ce nouveau responsable entend inverser la tendance, et insuffler un nouveau souffle au projet. « Quand le projet n’atteint pas directement les bénéficiaires, il est primordial de changer de stratégie. L’ancien dispositif d’attaque reste faible. D’où notre initiative d’élaborer un nouveau plan de travail axé sur les actions prioritaires et solutionner les principaux freins à l’avancement du projet », rajoute ce premier responsable.

Lourdeur administrative

Après être revu, ce faible taux de décaissement s’explique surtout par une planification des actions et une gestion des ressources humaines inadaptées, mais plus particulièrement la lourdeur administrative et les problèmes fonciers. « Les procédures prennent du temps, à cause des contrôles a priori mais aussi a posteriori. Dans certains cas, la validation prend plus d’une semaine. La réalisation finit alors par être retardée, et c’est nous qui nous faisons taper sur les doigts », explique le CN de SWIOFISH2.

Le nouveau plan de travail visera donc à accélérer la cadence au cours des six prochains mois afin de maximiser les réalisations dans les Régions ultra-prioritaires pour le projet à savoir Melaky, DIANA et Analanjirofo, mais aussi dans celles touchées par le Kere comme l’Atsimo- Atsinanana et l’Androy.

L’objectif final étant d’instaurer une gestion durable des ressources halieutiques tout en assurant une source de revenus stable aux pêcheurs.

Rova Randria

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff