Publié dans Economie

Externalisation de services - 450 postes à pourvoir

Publié le lundi, 06 septembre 2021


« Vous avez une bonne maîtrise de la langue française ? Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Vous aimez le contact avec les gens ? Nous avons le poste qu’il vous faut ».  Ce sont les phrases d’accroche type d’une entreprise spécialisée dans le domaine de l’externalisation de services ou l’ « offshore ». Ces entreprises recrutent massivement à l’heure actuelle. Rédacteur web, rédacteur audio ou assistant comptable. Les offres s’élargissent sur divers secteurs d’activité. Et pour cause, contrairement aux autres secteurs obligés de licencier des employés, l’externalisation de services a connu un essor considérable avec la crise sanitaire générée par la pandémie de coronavirus tant au niveau national qu’international. « Rien que pour cette année 2021, les demandes de nos clients n’ont cessé d’augmenter. D’après les chiffres fournis par notre service commercial, cette augmentation se chiffre entre 10 à 15 % par mois. Pour répondre à ces demandes, nous devons donc trouver de nouveaux collaborateurs. Nous pourrions même doubler nos effectifs d’ici peu », a expliqué Valérie Raolison, manager des ressources humaines au sein de Smartelia, une entreprise spécialisée dans le marketing digital et l’assistanat virtuel, hier, durant une conférence de presse, au Musée de la photographie sis à Andohalo. A l’heure actuelle, une trentaine d’entreprises « offshore » recherchent respectivement entre dix à quinze nouveaux employés, soit près de 450 postes à pourvoir.
Pour atteindre cet objectif, cette entreprise organisera lundi prochain une campagne de recrutement massif à Andohalo. « Nous nous donnons comme objectif d’offrir aux jeunes malagasy des emplois compétitifs sur le marché du travail et à la hauteur de leurs compétences, d’où tout l’intérêt de cette campagne. Nous ciblons notamment les personnes travaillant dans le secteur du tourisme, l’un des domaines les plus touchés par la pandémie de Covid-19 », soutient Haritina Randriamanantena, présidente-directrice générale de Smartelia. Durant cette campagne, les intéressés et les demandeurs d’emploi pourront voir en détail les postes vacants, le travail qui en découle et qui les attend. Smartelia envisage d’embaucher au minimum une quinzaine de personnes en une journée.
Madagascar est aujourd’hui devenu l’eldorado des entreprises « offshore ». Ce qui fait qu’en dehors de la France, des pays européens comme la Belgique, le Luxembourg mais aussi la Suisse s’intéressent aux services proposés par les entreprises basées dans la Grande île. Avec un recours plus accru aux TIC (technologies de l’information et de la communication), il n’y a rien d’étonnant à ce que ce secteur se développe. Smartelia n’est pas la seule à recruter massivement, mais d’autres entreprises du même type s’y mettent également. Une opportunité pour les jeunes d’acquérir de nouvelles expériences.
Rova Randria

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff