Publié dans Economie

Coût de la vie - L’inflation sur tendance haussière commence à se faire sentir

Publié le dimanche, 12 septembre 2021


« Il a fallu réduire considérablement notre marge bénéficiaire pour tenter de garder notre flux habituel de clientèle. Les grilles tarifaires de nos fournisseurs ont toutes, sans exception, subi des modifications à la hausse ces derniers temps », déplore Harivony Randrianasolo, grossiste dans l’Atsimondrano. Comme lui, les détaillants ainsi que les consommateurs finaux ont du mal à appréhender la hausse continuelle du coût de la vie malgré les efforts des autorités pour tenter de contenir l’inflation présentement. En effet, tous les mois, le ministère de l’Economie et des Finances, par le biais de l’INSTAT, collecte les prix des biens et services constituant le panier de consommation des ménages sur un échantillon de points de vente couvrant le territoire national. L’agrégation pondérée de ces prix par nature du produit et par localité fournit l’indice des prix à la consommation, et par la suite une mesure de l’inflation. Par définition, l’inflation est un phénomène décrivant une hausse généralisée et en moyenne des prix. Les dernières collectes de prix effectuées par les autorités en charge nous informent que les prix sont généralement maîtrisés, quoique des sentiments d’une inflation galopante se fassent sentir au sein de l’opinion publique. En effet, les forts ressentiments d’inflation sont observés sur quelques produits, comme le riz et les médicaments par exemple, et parfois dans seulement certaines localités, mais pas de façon élargie et encore moins généralisée. Ces hausses se résument à un taux d’inflation globale mensuelle de 6,1% comparée aux prix de la même période durant l’année dernière qui était pourtant une période assez difficile avec les mesures de confinement.
Maintien des prix
Le riz, les PPN, et les produits alimentaires sont les composantes les plus importantes du panier et qui sont à l’origine de cette inflation. La hausse des prix du riz, des produits de première nécessité (PPN) et des produits alimentaires sont une réalité aux environs de 8% respectivement. L’inflation la plus forte étant celle de la santé dépassant les 11%. Mais ce n’est pas tout, les résultats affichent aussi une hausse de seulement 1,8% dans le domaine de la communication. D’après les arguments des autorités, « La situation aurait pu être encore plus accentuée si les mesures entreprises par le Gouvernement pour contenir cette hausse des prix n’ont pas produit leurs effets. A l’instar du maintien des prix du carburant inchangé depuis la dernière révision de juin 2019 qui a certainement été d’une aide considérable. Ce produit qui a un effet d’entrainement important sur le prix de l’ensemble des autres produits du panier à travers le coût de transport ». Par ailleurs, l’effet de la réduction de la TVA à 5% du gaz butane contribuerait aussi à contenir les prix pour la catégorie gaz et combustibles car l’inflation pour cette catégorie est 1,7%. D’un autre côté, l’importation de riz (Vary Tsinjo), et la vente de riz de proximité (Vary Mora) suite à la collaboration initiée par le ministère en charge du Commerce et les commerçants de gros ont respectivement contribué à contenir une hausse inéluctable des prix du riz. « Quoique conjoncturelles et ponctuelles, ces mesures ont quand même permis de ralentir et d’atténuer la hausse et stabiliser les effets entraînements du prix du riz sur l’inflation en général. La variation du prix du riz représente 60,5% de l’inflation globale. », explique l’Institut national des Statistiques, source des indicateurs chiffrés mentionnés précédemment. 
Hary Rakoto

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff