Publié dans Economie

Société d’Etat - La SIRAMA sécurise son patrimoine

Publié le mardi, 21 septembre 2021

Protection sociale et foncière. C’est dans cette optique qu’une équipe de la SIRAMA SA dirigée par le directeur général, le Général de brigade Mamy Emile Ramananarivo, effectue présentement une descente sur terrain dans la localité d’Ambilobe où la société d’Etat possède d’importantes propriétés foncières d’envergure. Cette descente sur le site d’exploitation se focalise sur l’inventaire des biens de la société.

Une démarche qui entre dans la politique de préservation et de gestion du patrimoine de cette société, selon les explications des membres de l’équipe. « Il importe d’apporter des éclaircissements sur les propriétés foncières de la SIRAMA. Les audits en cours au sein de cette dernière auront un impact sur les propriétés domaniales de la société et sur le plan de sa gestion globale. Ceux-ci serviront à définir les priorités de la Direction générale et du Conseil d’administration en vue des décisions et stratégies à adopter pour le redressement de la société, notamment sur la sécurisation de ses propriétés ainsi que celle des employés », explique le directeur général. Parmi ces nouvelles stratégies, la priorité est ainsi donnée à la sécurisation sociale, en envisageant de mettre en place des activités génératrices de revenus pour les employés travaillant sur les propriétés domaniales de la société. Cependant, avant de concrétiser cette initiative, la SIRAMA devra tout d’abord sécuriser ses propriétés foncières, à l’image des visées de cette descente à Ambilobe.

Redressement 

« A la base, rien que sur l’île de Nosy Be, la SIRAMA est propriétaire de plus de six mille hectares de terrain. Cependant, il n’en reste plus que deux mille hectares aujourd’hui. Le reste ayant été cédé par les précédents dirigeants. D’où l’importance de l’audit foncier que nous entreprenons présentement », rajoute le Général de brigade Mamy Emile Ramananarivo. Effectivement, depuis des années, l’Etat a prôné la relance de l’usine par l’intermédiaire du ministère de l’Industrie, mais cela est resté à chaque fois au stade de promesse. La reprise du travail par les employés frappés du chômage forcé relevait, de ce fait, d’une navigation à vue. La SIRAMA entend rétablir la situation en utilisant ses propres moyens, notamment en initiant des projets infrastructurels, à l’image de l’électrification de l’usine de Maromamy ainsi que toute la localité environnante. D’ailleurs, la société est actuellement en pleine phase de restructuration. A cet effet, un plan de redressement est déjà mis en œuvre, et trois points essentiels seront à mettre en exergue dont l’amélioration de la gestion des ressources humaines, le contrôle de la gestion financière et l’investissement, tout cela malgré une politique d’autérité qui reste à observer. D’après le DG, la bonne gouvernance, la transparence et l’amélioration de la gestion seront les défis à relever.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff