Publié dans Economie

Environnement - En quoi les crapauds asiatiques représentent un danger pour Madagascar ?

Publié le vendredi, 01 octobre 2021

Le ministère de l'Environnement et du Développement durable (MEDD) vient de lancer un projet de lutte contre l'envahissement des crapauds asiatiques, communément appelés en malagasy « Radakaboka ». Ce projet a été mis en place car cette espèce classée comme dangereuse et envahissante a connu une croissance exponentielle en seulement cinq ans.

Les experts estiment en effet que ces types de grenouille sont actuellement au nombre de 20 millions dans la Région Atsinanana, la côte Est du pays, soit cinq fois plus qu'en 2015. Ces chiffres démontrent ainsi à quel point cette espèce peut être invasive sachant qu'une femelle pourrait pondre plus de

10 000 œufs par an. « Cela crée ainsi une rivalité avec les espèces de crapauds et de grenouilles malagasy qui ne pondent que 1 000 œufs au maximum tous les ans », explique Jean-Jacques Jaozandry, responsable des programmes au sein de l'ONG Madagascar Fauna and Flora Group, en charge de la lutte contre ce fléau au sein du parc d'Ivoloina, à un média international.

En plus de ce caractère invasif, le crapaud asiatique libère également une toxine, la bufotoxine, pour tuer des prédateurs tels que les serpents mais aussi les oiseaux. « Il décime même les colonies d'abeilles et détruit les ruches de la Région », se plaignent les apiculteurs. Au vu de tout cela, cette espèce représente un vrai danger pour l'écosystème, notamment son déréglement mais aussi pour l'économie de cette Région, d'où tout l'importance de cette campagne de lutte.

Il ne faut pas oublier que le « Radakaboka » n'est pas une espèce d'origine malagasy. D'après les experts, ce crapaud serait arrivé sur la Grande île vers 2010, par le biais de bateaux ayant accosté au port de Toamasina. Les divers secteurs se sont ainsi mobilisés dans cette lutte aux côtés du ministère de l'Environnement et du Développement durable, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, la Région Atsinanana mais aussi l'ONG Madagascar Fauna and Flora Group et la société Ambatovy, sans oublier les communautés de base. Un fonds de 900 000 dollars a ainsi été déjà collecté pour cette campagne.

Rova Randria

Fil infos

  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains
  • Drame à Nosy Varika - Une mère de famille et ses fillettes meurent calcinées
  • Accident routier au fasan’ny Karàna - Un motocycliste broyé par un poids lourd
  • Autoroute Antananarivo - Toamasina Contrat signé incessamment
  • Assassinat d’une jeune fille à Moramanga - L’ex-petit ami à Tsiafahy
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Un millier de caméras pour surveiller les rues de Tana
  • Tribunal de Nîmes - Un Malagasy condamné à 7ans d’emprisonnement pour agression sexuelle
  • Paiement des bourses universitaires - Trente milliards d’ariary d’économies grâce à la digitalisation
  • Moramanga - Le sosie de Jerry Marcoss décapité
  • Fête de l’indépendance - Circulation perturbée à Anosy et Mahamasina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Identité nationale
    Que la fête commence ! Que les choses sérieuses débutent ! Bref, que le plat de résistance soit servi ! Le clou des cérémonies de la célébration de la Fête nationale arrive ce jour de 25 juin, la veille de la date du Soixante-deuxième anniversaire du retour à la souveraineté nationale. En effet, après avoir été colonisée pendant 64 ans, la Grande île accède le 26 juin 1960 à l’autodétermination.

A bout portant

AutoDiff