Publié dans Economie

Lutte anticorruption - Les trafics de ressources naturelles en tête de liste

Publié le mercredi, 06 octobre 2021


Gangrenées. Comme presque tous les secteurs, celui des ressources naturelles est gangrené par la corruption à Madagascar. Trafics en tous genres et corruption sont en tête de liste en ce qui concerne l’exploitation des ressources naturelles de la Grande île dans quelques domaines que ce soit. Depuis les ressources minières jusqu’aux ressources halieutiques en passant par les forêts et les aires protégées. « Le fait est que l’impunité des personnes impliquées dans ces trafics illicites est plus qu’aberrante. Et si par miracle ces personnes impliquées sont sanctionnées judiciairement, il s’agit presque toujours des sanctions pénales d’ordre minime », déplore Ndranto Razakarimanana, président du Conseil d’administration de l’Alliance Voary Gasy (AVG), hier à Ambohibao à l’occasion du renouvellement de la convention entre l’AVG et le Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO). Le bureau ambitionne ainsi de renforcer la coalition contre la corruption dans l’objectif de mobiliser et de responsabiliser les citoyens dans la lutte contre la corruption, d’une part, et pour engager davantage les acteurs et les secteurs concernés contre la corruption d’autre part, en vue de promouvoir la culture d’intégrité et d’honnêteté. « La mise à jour et la promotion de l’engagement effectif et solennel des ministères concernés par les actions coordonnées et efficaces, l’investigation sur des faits de corruption, rapportés par les informateurs de l’AVG et la mise en œuvre des actions de plaidoyer et la promotion de dispositifs visant à impliquer des autorités administratives et politiques dans la lutte contre la corruption et les trafics illicites des ressources naturelles se feront à travers un plan d’action élaboré en annexe de la convention dont la formation sur l’anti-corruption dispensée par le BIANCO aux membres de l’AVG et de ses informateurs locaux », rajoute Andrianirina Laza Eric Donat, directeur général du BIANCO. Par ailleurs, l’Etat, à travers les déclarations des dirigeants et les directives de politiques publiques, a fait du renforcement de la lutte contre la corruption une priorité majeure. A ce titre, une nouvelle Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC 2015-2025) a été adoptée il y a quelques années. Cette Stratégie a comme vision à l’horizon 2025 « Madagascar, un Etat de droit où le développement économique, social et environnemental est libéré de la corruption ». Cette stratégie fait de la lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles l’une de ses priorités. Elle préconise le renforcement de la coopération inter-organes au niveau national et la coopération internationale, la réduction des risques et opportunités de corruption.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff