Publié dans Economie

Réhabilitation de la RN9 - Les autorités mettent la pression sur le maître d’œuvre

Publié le dimanche, 10 octobre 2021


L’aménagement et le bitumage de la RN9 reliant Toliara, Manombo et Befandriana font actuellement l’objet d’un suivi minutieux des autorités après le retard des travaux, constaté dernièrement. « Pour le moment, l’avancement physique est constaté à hauteur de 8,79 % si l’avancement financier présenté par le bureau d’étude et l’entreprise en charge des travaux est de 20,17 % avec un avancement temporel de 44,89 %. Autant dire qu’on est déjà presque à la moitié du calendrier de réalisation alors que le quart du travail n’est même pas encore fait », déplore l’un des techniciens venu constater de visu l’avancement des travaux. A rappeler que les travaux de la RN9 entrent dans le cadre du projet d’aménagement des corridors et de facilitation du commerce dans la Région du sud-ouest du pays. Ainsi, ces chantiers visent à désenclaver la partie sud-ouest du pays par l’aménagement routier et l’amélioration des conditions de desserte en offrant une liaison pérenne et des conditions de circulation sécurisées des biens et des marchandises, la valorisation du potentiel touristique et agricole de la Région du sud-ouest, ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations de la zone d’influence du projet (ZIP), en facilitant l’accès aux services et infrastructures socio-économiques de base.

Crainte de retard
« Au vu l’avancement des travaux, nous craignons que le calendrier annoncé au mois de mai 2023 soit difficilement atteignable. Il est impératif que l’entreprise en charge des chantiers mettent les bouchées doubles et qu’en parallèle, le bureau d’étude responsable soit un peu plus exigeant vis-à-vis de cette entreprise », suggère notre technicien. A rappeler que ces travaux sont financés par la Banque africaine de développement (BAD) à travers le fonds financier de développement ainsi que le fonds d’assistance technique à hauteur de 160 milliards d’ariary accordés l’année dernière. Ce financement concerne entre autres les travaux entre Antanimieva et Manja, y compris les ponts aux alentours du fleuve de Mangoky. Ce projet va contribuer à la construction des routes nationales RN9 et RNT 12A et à établir deux corridors sur les façades maritimes du Sud-ouest avec le port de Tuléar, et celles du Sud-est avec le port de Fort-Dauphin. Ces deux ports ouvrent Madagascar respectivement sur le canal du Mozambique et sur les pays de l’océan Indien.
Ainsi, le projet permettra donc de désenclaver les Régions du Sud, ouvrant ainsi un vaste potentiel agricole et touristique du pays sur le Marché commun de l’Afrique de l’Est ou COMESA, celui de la Communauté de développement d’Afrique australe ou SADC et celui de la Commission de l’océan Indien ou COI. Par ailleurs, au moment du dernier recensement, les statistiques avancent que 3 982 personnes ou 933 ménages de statut d’occupation majoritairement agricole ou commerciale seront affectés par ce projet.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff