Publié dans Economie

Hausse du prix du gaz - Vitogaz coupe la poire en… trois

Publié le vendredi, 15 octobre 2021

Capitulation. Vitogaz regrette la tournure prise par l'application des nouveaux tarifs sur ses bouteilles de gaz. C'est de cette manière que la société a annoncé son point du vue par rapport à la situation actuelle à travers les réseaux sociaux. Le prix du gaz subira ainsi des modifications à partir de lundi, mais avec des précisions apportées par la société.

« Vitogaz conçoit un retour au prix appliqués avant le 1er octobre pour les bouteilles de 4 kg et sur la vente de gaz en détail GAZ'NAKA, des produits censés être les plus accessibles pour la majorité de la population malagasy, ceci dès le lundi 18 octobre prochain. Toutefois, compte tenu du contexte international et la volonté du ministre de tutelle, Vitogaz convient de se réunir autour d'une table avec ce dernier pour discuter d'un lissage progressif des prix sur les  bouteilles de 9 kg, 12.5 kg et 39 kg », explique l'entreprise.

Concrètement, alors oui et non, le prix baissera pour une partie des produits de la société mais restera aussi sur cette tendance haussière pour d'autres produits, et cela dans la mesure où Vitogaz ne peut se permettre de faire fi du contexte international du marché du gaz combustible qui se penche, à l'heure actuelle, inexorablement vers une tendance haussière. Le retour des anciens prix s'appliquera uniquement pour les produits les plus accessibles pour les ménages à revenu moyen, tandis que les autres produits subiront inévitablement une augmentation tôt ou tard.

Lissage des prix

Afin de préserver les intérêts des consommateurs, la société appliquera le système de lissage qui consiste à reporter ultérieurement une partie des variations de la vérité des prix. De plus, Vitogaz s'engage à ce que tout changement de prix futur se fera en concertation avec le ministère de d'Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC) et le ministère de l'Energie et des Hydrocarbures (MEH), tout cela afin d'éviter que pareille situation comme ce qui se passe maintenant se reproduise. Autrement dit, actuellement, tout le monde y trouve son compte. D'un côté, la population peut encore jouir du prix - plus ou moins abordable - du gaz au détail. Mais de l'autre, Vitogaz maintiendra le prix de certains de ses produits à la hausse et enfin le ministère qui a obtenu gain de cause en obtenant un retour aux prix appliqués avant le 1er octobre pour une partie des produits de cette entreprise.

Pour rappel, depuis le 1er mars 2021, le prix d'une bouteille verte de 9 kg à Antananarivo était de 51 800 ariary contre 57 000 ariary auparavant, soit une baisse d'environ 9 % pour ensuite subir une nouvelle hausse de 16 % depuis le début du mois. Une décision qui, selon la société, résulte de la hausse des cours mondiaux du gaz butane. En effet, malgré la volonté de la société Vitogaz de maintenir le prix du gaz à son niveau actuel (la dernière hausse a eu lieu au mois de février 2020), les augmentations ininterrompues du cours du produit sur le marché international depuis plusieurs mois ont contraint le distributeur malagasy à revoir ses prix à la hausse.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff