Publié dans Economie

Tourisme local à Madagascar  - L’envie du voyage se vulgarise

Publié le dimanche, 14 novembre 2021

Samedi après-midi, alors que toute sa famille se repose à la maison après une longue semaine, Onisoa, 27 ans, rejoint ses amies, Sylvia et Tiana, à Antaninarenina. Ensemble les trois jeunes filles vont visiter le salon Bons Plans Tourisme Madagascar. « Désormais, nous prévoyons de faire un "friendtrip", un voyage entre amies pour la fin de cette année ou au tout début de l’année 2022.

Nous sommes donc venus jeter un coup d’oeil  pour voir les destinations intéressantes et accessibles à notre budget », explique Onisoa. Les trois amies rêvent en effet de ce « friendtrip » depuis plusieurs années déjà. Elles ont alors décidé de commencer à économiser au mois de janvier, sauf que leur rêve a été stoppé net par la deuxième vague de la pandémie de coronavirus. Elles ont tout de même continué à mettre de l’argent de côté pour pouvoir concrétiser leur voyage de rêve. Après quelques mois, elles ont pu économiser 1 200 000 ariary par personne. Elles espèrent ainsi trouver la destination qui leur convient lors de ce salon consacré aux amoureux de voyage. 

Toute comme Onisoa et ses amies, de plus en plus de Malagasy voyagent à travers le pays actuellement. Et le nombre des visiteurs du salon Bons Plans Tourisme Madagascar en est la preuve évidente. De la première édition à la dernière, l’effectif des visiteurs a notamment triplé. Le chiffre est passé de 3 000 à 9 000. « D’autre part, les responsables des sites touristiques, les réserves naturelles, les hôtels mais aussi les diverses infrastructures ont fait le même constat au cours des derniers mois. Les vacanciers malagasy augmentent de plus en plus. La promotion du tourisme national commence alors à porter ses fruits. En dressant un bilan provisoire, nous avons enregistré une hausse de 20 % de touristes locaux en un an seulement. Des résultats complètement réjouissants, surtout que ces chiffres pourraient encore évoluer pour les prochains mois », détaille Joël Randriamandranto, ministre du Tourisme, en marge de la 4ème édition du Salon Bons Plans Tourisme Madagascar, organisé conjointement avec l’Office national du tourisme à Madagascar. 

Cette affluence des voyageurs nationaux représente plus qu’une bonne nouvelle pour les opérateurs, en attendant la venue en masse des touristes internationaux. Elle leur a permis de se maintenir la tête hors de l’eau durant tout ce temps. Des agences de voyages naissantes comme « Vakansy Tsara sady Mora » ont par exemple fait voyager plus de 300 personnes en un an. De plus, même si les frontières ont réouvert, dans le meilleur des cas, cette venue en masse ne pourrait avoir lieu qu’à partir de la semaine prochaine. Toutefois, les réservations commencent à arriver timidement. Pour l’heure, ces agences continuent d’améliorer leurs offres liées au tourisme national pour que les férus de voyage comme Onisoa et ses amies puissent partir à la découverte du beau pays qu’est Madagascar. En tout cas, les trois amies ont déjà choisi leur destination. Cap sur Toliara ! Et vous, quelle sera votre prochaine destination ?

Rova Randria

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff