Publié dans Economie

JIRAMA - Les pylônes de haute tension vandalisés

Publié le vendredi, 19 novembre 2021


Enième coupure, les usagers victimes de coupure d’électricité alternée durant les deux derniers jours n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement. Des plus petites aux grandes entreprises ont évoqué des préjudices causées par la coupure, si l’on ne cite que l’arrêt des machines, l’interruption de la chaîne de froid pour les commerçants qui stockent des produits frais, etc. Même les stations-services ont été obligées d’utiliser des groupes électrogènes et ne pouvaient utiliser simultanément que deux pompes. « En plus des preuves flagrantes de vandalisme, nous avons constaté qu’il y avait des pièces manquantes sur ce pylône. On les a volées, tout simplement parce que c’est du métal », expliquent les responsables au sein de la JIRAMA après avoir constaté l’effondrement d’un pylône transportant de l’électricité de haute tension dans la localité d’Andriampamaky, à proximité de Mandraka.
Pourtant ce n’est pas un fait nouveau. Cela fait des années que les pièces sur les infrastructures publiques sont volées, si l’on ne cite que celles des ponts sur les routes nationales et les conséquences sont souvent dramatiques.  Pour cette fois-ci, cela a causé la chute du pylône de la compagnie nationale d’eau et d’électricité et a généré des coupures de l’alimentation électrique dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. De nombreux usagers se sont plaints de cette longue coupure de courant : « Toutes nos provisions dans le frigo sont pourries à cause de la coupure qui dure trop longtemps. Et toutes mes activités en tant que pâtissière ont été arrêtées du même coup. D’autre part, nous craignons pour notre sécurité à cause de cette obscurité permanente. Nos téléphones portables sont déchargés alors que nous en avons besoin pour contacter la Police ou des proches en cas d’alerte », s’insurge une mère de famille habitant le centre-ville.
Ainsi, des milliers de foyers furent victimes de la coupure causée par l’effondrement du pylône. A ne citer qu’Anosipatrana, Itaosy, Ambavahaditokana, Vinany, Ambohimamory, Anosimasina, Ampitatafika, Ambodiafontsy, Fenoarivo, Vontovorona, Ambatomirahavavy, Imerintsiatosika, Arivonimamo, Miarinarivo, Analavory, Ampefy, Ambohimalaza, Anjeva, Ambatolampikely, Manankavaly,  Ambatomanga, Mantasoa, Manjakandriana, Ambatolaona ou encore Antanimena, Ambodivona, Ankadifotsy, Ankazomanga, Andraharo. A rappeler que l’effondrement de ce genre de pylône s’est déjà produit il y a quelques mois. En effet, en début d’année, plusieurs poteaux et pylônes de haute tension de la JIRAMA se sont effondrés, suite aux vents violents ayant frappés les infrastructures de transport d’énergie électrique. De nombreux poteaux ainsi qu’un pylône du réseau de haute tension de 138 000 V situé à Behitsy, du côté d’Ambohimanambola, sont tombés. D’autres pylônes ont également été touchés du côté d’Alasora. En tout cas, le remplacement des infrastructures vétustes de la JIRAMA devra certainement être une priorité pour cette compagnie asphyxiée par les dettes.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff