Publié dans Economie

Approvisionnement en eau - Des centaines de km de conduites à renouveler

Publié le dimanche, 09 janvier 2022

Vétustes, un peu moins de 200 km de conduites d'eau approvisionnant la Capitale ont besoin d'être renouvelées d'après le Président de la République à l'occasion de sa première rencontre avec le monde de la presse pour cette nouvelle année à Iavoloha. En effet, le réseau de distribution est saturé depuis bien longtemps. On ne mentionnera plus les consommations excessives dans certains quartiers comme les campus universitaires publics, les quartiers résidentiels, ou encore les quartiers industriels qui handicapent les petits consommateurs, d'où la nécessité d'un système d'équilibrage au niveau des approvisionnements en eau dans tous les quartiers d'Antananarivo.

Les zones périphériques, à l'instar de l'Atsimondrano, subissent ainsi ces délestages d'eau depuis plus d'une décennie, malgré la présence de stations d'alimentation comme celle d'Ankadivoribe ou encore de Vontovorona, lesquelles n'assurent que 3 % de l'approvisionnement sur le grand Tanà, dans la mesure où plus de 93 % de cet approvisionnement est encore assuré essentiellement par la station de Mandroseza. Elle profite aux 72 % des abonnés habitant en centre-ville, laissant, ainsi, pour compte les abonnés situés dans les zones dites « en fin de réseau ». Cependant, grâce à la station Mandroseza II Bis, une production d'eau supplémentaire de 1 000m3 par heure est maintenant injectée actuellement sur le réseau d'alimentation d'Antananarivo. Le problème d'approvisionnement en eau est déjà résolu dans certaines localités et des solutions sont en train d'être mises en place pour les autres quartiers qui souffrent toujours du manque d'eau. Mais l'objectif prioritaire consiste à pouvoir investir dans de nouvelles infrastructures afin d'élargir ou de remplacer une grande partie du réseau de distribution qui date parfois de l'époque coloniale. 

Efforts

D'ailleurs, l'année dernière, afin de contribuer aux efforts déjà entrepris par l'Etat malagasy pour accroître la production d'eau dans la Capitale, la Banque européenne d'investissement (BEI) a accordé un financement d'un montant de 35 millions d'euros, s'accompagnant d'une contribution de l'Union européenne sous forme d'un don de 30 millions d'euros s'inscrivant dans la réalisation du projet Tana Water III. Un projet auquel l'Etat malagasy a également contribué à hauteur de 2,5 millions d'euros. Mais en attendant, la plupart des usagers qui bénéficient de ces solutions d'urgence en termes de distribution d'eau sont malgré tout dans une situation illogique. En plus des bidons d'eau achetés à 100 ariary les 20 litres, ces mêmes usagers se retrouvent confrontés à une facturation d'eau à chaque fin du mois, alors que l'eau peine à arriver à leur robinet au quotidien. 

« Notre consommation journalière avoisine la douzaine de bidons de 20 litres. Acheté à 100 ariary en plus du transport depuis la citerne fontaine jusqu'à notre domicile qui coûte environ 400 ariary, le bidon revient ainsi à 500 ariary. Ce qui nous fait un coût de 6 000 ariary par jour ou plus de 180 000ariary mensuel, rien que pour notre eau au quotidien », s'insurge un père de famille habitant dans l'Atsimondrano, victime de cette pénurie d'eau, depuis plus d'une dizaine d'années et qui attend de voir les solutions pérennes de la JIRAMA se concrétiser. D'ailleurs, durant les périodes d'étiage, la forte demande en eau potable, associée à la vétusté des infrastructures, se fait ressentir sur le système de distribution de la JIRAMA. Provocant ainsi une discontinuité de la distribution jusqu'à de longues heures de délestage dans plusieurs quartiers de la Capitale.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff