Publié dans Economie

Campagne de litchis - Les opérateurs en effervescence

Publié le vendredi, 18 novembre 2022


Sur les starting-blocks. Toute la chaîne de valeur de la filière « litchis » se prépare au début imminent de la campagne 2022. Depuis les producteurs aux exportateurs, en passant par les collecteurs ainsi que les responsables du processus de conditionnement, entament ainsi les dernières préparations avant l’ouverture. A l’instar du ministre du Commerce, qui s’est rendu lui-même à Toamasina pour voir la situation sur place. L’occasion pour ce responsable d’annoncer quelques impératifs à l’endroit des opérateurs, notamment le prix minimum d’un kilo de litchis jusqu'à la fin de la saison de récolte, qui a été fixé à 1.300 ariary si cela était de 1.200 ariary auparavant. Il s'agit d'une mesure prise pour protéger les acteurs de la filière, principalement les agriculteurs qui sont une priorité pour le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation. De plus, une visite des stations de traitement des litchis à Toamasina a eu lieu, notamment chez Litchis SCIM et Quality MAD. Cela a été une occasion pour le ministre de rencontrer et de discuter avec les agriculteurs et d’être à l'écoute des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. Ensuite, ce fut le tour des collecteurs car la chaîne de valeur de la filière est importante pour le bon déroulement de la campagne. Ainsi, la date du début de la saison des récoltes sera connue sous peu. D’ailleurs, l'un des deux navires pour l’acheminement des produits vers l’étranger est déjà amarré au port de Toamasina.
Dernière ligne droite
Pour rappel, la production annuelle de litchis à Madagascar est d’environ 100 000 tonnes par an. Notre pays occupe la 3ème place des producteurs mondiaux derrière la Chine et l’Inde. Le quart de la production malagasy est exportée, principalement vers l’Union européenne, ce qui représente 80 % de ses importations de litchis. Seulement 20 % des litchis frais sont exportés en Europe chaque année au moment des fêtes de fin d’année. Environ 45.000 travailleurs sont nécessaires pour récolter la quantité de litchis exportés et 4.000 autres pour les transporter entre l’exploitation et la ville, tandis qu’environ 25 000 travailleurs œuvrent dans les stations de traitement et de transformation, des opérations qui s’étendent sur cinq à dix jours pour les fruits frais et trois semaines pour les litchis traités.
L’emploi est par nature saisonnier, à l’exception des entreprises qui ont plusieurs activités et qui gardent leurs employés durant le reste de l’année. Ainsi, pas moins de 500 véhicules s’apprêtent à rejoindre les champs de litchis. Ils doivent s’enregistrer auprès du guichet unique chargé de délivrer entre autres les documents nécessaires à la réalisation de la campagne. Les chiffres sont en hausse par rapport à l’année dernière, selon le gouverneur de la région. Considéré comme un fruit star des fêtes de Noël et de fin d’année en Europe, le litchi de Madagascar figure parmi les fruits les plus recherchés au monde.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff