Publié dans Economie

Compteur prépayé JIRAMA - Un impératif pour sécuriser les revenus de la compagnie

Publié le dimanche, 12 mars 2023
Tsitohery Francesca, directrice commerciale, rassure sur la sécurisation des revenus de la JIRAMA Tsitohery Francesca, directrice commerciale, rassure sur la sécurisation des revenus de la JIRAMA Crédit photo : Hervé Leziany

50 milliards d’ariary et des poussières. C’est environ la somme des factures impayées enregistrées par la JIRAMA jusqu’à présent selon Tsitohery Francesca, directrice commerciale de la compagnie nationale d’eau et d’électricité. « Nous nous penchons, à présent, vers l’utilisation du compteur prépayé pour l’intégralité de nos abonnés, que ce soit des particuliers, des entreprises et même l’administration afin de pouvoir sécuriser les revenus futurs de la JIRAMA », a annoncé la directrice commerciale de la JIRAMA à l’occasion de la cérémonie officielle d’inauguration du nouveau shop Jirama à Anosizato, vendredi dernier. En effet, l’utilisation du compteur prépayé est plus avantageux tant pour la compagnie que pour les usagers. Ce dernier permet à l’utilisateur de pouvoir gérer et prévoir sa consommation selon ses possibilités tandis que pour la JIRAMA, le système de paiement à l’avance lui assure une réduction conséquente des risques sur les impayés qui pèsent lourdement sur sa trésorerie à l’heure actuelle. Pour rappel, la JIRAMA a exposé le fait que le trou dans la caisse de la compagnie résulte surtout du montant des factures impayées et que ces factures concernent toutes les catégories de clients de la JIRAMA. Elles concernent aussi bien les particuliers que les entreprises et que cela représentait 30% des clients de la JIRAMA qui ne paient pas convenablement leur facture. Un pourcentage considérable au vu des 600 000 abonnés de LA JIRAMA.
Solvabilité
« Dorénavant, toutes les nouvelles demandes de branchement se feront à partir des compteurs prépayés pour écarter le risque d’augmentation de ces factures en attente de paiement. Il y aura, malgré tout, des possibilités pour les usagers de demander l’installation de compteur post-payé mais cette demande devra obligatoirement être suivie d’une enquête de la JIRAMA auprès de ces demandeurs portant sur la solvabilité au préalable du client, qu’il fasse partie des clients particuliers, des entreprises et même de l’administration » précise Tsitohery Francesca. Concernant les branchements, le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Solo Andriamanampisoa de rassurer sur la liquidation prochaine des demandes en attente. « Le branchement est un droit et non un privilège dès lors que l’usager aura effectué convenablement sa demande et payé le devis d’installation auprès de la JIRAMA. Pour l’instant, nous évaluons à près de 19 000 demandes de branchement en attente », expliquait le ministre. Ainsi, le traitement de chaque dossier de demande de branchement ne devra plus, désormais, dépasser un délai de 90 jours si cette demande est convenablement remplie, payée et déposée auprès des shops JIRAMA. Par ailleurs, pour le cas particulier des branchements mora, le Président de la République a précisé, vendredi dernier que le traitement des demandes peut se réaliser en une semaine après le dépôt du dossier en shop Jirama si celui-ci est complet.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff