Publié dans Economie

Fonctionnaires fantômes - 1 470 cas suspects à vérifier

Publié le vendredi, 23 août 2019

Plus qu’une semaine. Vendredi prochain, tous les fonctionnaires, sans exception, devront intégrer le logiciel dénommé AUGURE (« Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat »), la nouvelle application unique de gestion du personnel de l’Etat. En tout cas, jusque-là, la mise en œuvre de ce nouveau logiciel au sein des différents ministères et institutions publiques a permis de mettre en lumière la situation de tous les employés de l’administration publique.

Effectivement, depuis l’insertion d’AUGURE dans le système de gestion des ressources humaines, 96 985 employés figurent aujourd’hui sur cette application. « Parmi ces employés recensés par le logiciel, seulement 89 023 sont en exercice. 1 084 ont déjà rempli leur contrat, 552 sont déjà morts et 6 163 sont partis pour la retraite. Toutefois, ces derniers figurent encore dans le logiciel pour des raisons techniques. Ces fonctionnaires sont notamment en train de préparer leur dossier de départ en passant par le logiciel. De ce fait, si nous les retirons du logiciel, ils ne pourront pas terminer leur dossier à temps et bénéficier de la retraite en bonne et due forme », explique un responsable auprès de la Direction générale des Finances et des Affaires Générales (DGFAG).

En tout cas, les cas de 1 470 fonctionnaires suspects restent encore à vérifier jusqu’à la fin du mois. « Ces gens ne sont pas tous des fonctionnaires fantômes. Chaque cas est différent. Après des vérifications par exemple, nous avons pu déduire que certains employés sont déjà morts sauf qu’aucune déclaration n’a été faite auprès des autorités centrales. D’autres n’ont pas encore renouvelé leur contrat. Mais les fonctionnaires fantômes existent bel et bien. Et c’est pour les retirer de la liste que nous faisons ce recensement et la dématérialisation des données. En cas de doute sur la liste envoyée, nous faisons impérativement des descentes. Cela a été le cas dans les Régions de Sava, Atsimo-Andrefana, Vatovavy-Fitovinany mais aussi Atsinanana et Matsiatra-Ambony », rajoute-t-il.

Descente

En quatre mois, le nombre des fonctionnaires et des agents de l’Etat est passé de 215 629 à 96 985, soit une réduction de plus de la moitié. Mais ces chiffres peuvent encore changer d’ici la fin de la semaine prochaine. Dans tous les cas, le ministère de l’Economie et des Finances, ainsi que celui du Travail, de l’Emploi, de la Fonction  publique et des Lois sociales effectuent déjà des descentes auprès des autres ministères pour voir de près l’intégration d’AUGURE dans leur système. Jeudi dernier, les représentants des deux entités ont visité le ministère de l’Education nationale (MEN). « Tous les employés du ministère ont déjà intégré AUGURE. Toutefois, nous faisons aussi des tris en adéquation avec l’organigramme mis en place. Mais des détails techniques sont encore à revoir pour perfectionner l’application du logiciel », souligne Dera Harimanana Ravelonahina, chef de service du personnel administratif de l’Education nationale, lors de la descente.

Rova Randria

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff