Publié dans Economie

Produits de première nécessité - Un prix de référence et des « Tsena mora » pour endiguer l'inflation

Publié le jeudi, 26 septembre 2019

La hausse des prix des produits de première nécessité (PPN) frappe le portefeuille des ménages depuis maintenant un mois. Pour le cas de l'huile alimentaire par exemple, le prix est passé de 5000 ariary à 7000 ariary. Outre le contrôle des stocks, le Gouvernement a adopté d'autres mesures face à la situation. Le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat établira un prix de référence des marchandises selon le Conseil des ministres de mardi dernier. « Le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat consultera toutes les parties prenantes notamment les importateurs et les producteurs locaux pour déterminer un prix de référence des produits sur le marché intérieur.

Ce prix prend en compte les marges bénéficiaires des commerçants, les impôts ainsi que le cours du marché international. Cette mesure est prise afin de protéger les consommateurs », note le communiqué officiel. Entre temps, le Tsena mora rouvrira ses portes la semaine prochaine pour approvisionner les ménages vulnérables. Les PPN y sont proposés à prix réduits. L'huile alimentaire sera vendue à 3000 ariary le litre, le riz à 1000 ariary le kilo et le sucre à 2000 ariary le kilo.

Les importateurs sont les plus pointés du doigt dans cette histoire d'inflation des PPN. Les producteurs locaux ont déjà affirmé de leur part qu'ils ont maintenu leur prix. C'est le cas de l'huilerie industrielle de Toamasina ou la société HITA. « Aucune révision à la hausse du prix de l'huile n'a été adoptée depuis 2018. Le litre a été maintenu à 3200 ariary depuis notre usine et nous comptons le garder. La hausse actuelle du prix de l'huile sur le marché n'a rien à voir avec la société », nous communique un responsable.

Les importateurs ont en effet mal réagi face à l'application des droits additionnels sur les produits importés. La mesure de sauvegarde n'étant pas encore appliquée et ces derniers révisent déjà à la hausse les prix des PPN sur le marché. C'est une des raisons pour laquelle l'Autorité nationale des mesures correctives et commerciales (ANMCC) est revenue sur sa décision lundi dernier. « Les mesures de sauvegarde sous la forme de droit additionnel de 19% sur les huiles lubrifiantes, de 21% sur les huiles alimentaires et margarines et de 34% pour les savons, mises en place par l'ANMCC sont supprimées » signe Barthélémy, directeur de l'ANMCC dans un communiqué.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff