Publié dans Economie

Plan de redressement de la JIRAMA - Augmentation du chiffre d’affaires et non du tarif !

Publié le jeudi, 26 septembre 2019

366 milliards d’ariary d’économie possible pour la JIRAMA. La Banque mondiale a récemment publié ses principales conclusions sur l’étude de redressement de la JIRAMA et du secteur de l’électricité. Pour l’institution, cette entreprise se devra alors d’augmenter ses revenus tarifaires afin de combler les deux tiers de son déficit et d’assurer son équilibre d’ici 2025. « Augmentation de revenus tarifaires et hausse de tarif sont deux choses tout à fait différentes. Et la JIRAMA ne compte pas du tout augmenter ses tarifs actuels mais plutôt son chiffre d’affaires. Pour cela, nous nous devons de réduire au maximum les coûts de production tout en améliorant les gains de la compagnie.

Nous devons nous focaliser sur ces deux points si nous souhaitons redresser la JIRAMA » a rassuré Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures lors de la présentation officielle du nouveau président du conseil d’administration de la société nationale d’eau et d’électricité, Soloniaina Andriamanampisoa, au monde de la presse, hier. « Pour renflouer les caisses de la JIRAMA, nous miserons sur l’augmentation des usagers de la compagnie. En effet, l’Etat s’est fixé comme objectif de faciliter l’accès à l’électricité en doublant la production d’électricité et en réduisant le prix d’achat de l’électricité. Aujourd’hui, les gains sont encore limités vu que le nombre des abonnés se limite environ à 450 000, mais en doublant ce nombre, nous pourrons alors doubler en même temps ces revenus », ajoute-t-il. En tout cas, le ministre a annoncé une révision de la grille tarifaire pour le début de l’année prochaine pour que chaque tarif soit adapté à chaque type de client, allant du particulier au professionnel, mais surtout les industriels.

Contrats révisés

Dans cet esprit de réduction des coûts de production, le ministère continue encore les négociations avec les fournisseurs de la JIRAMA. « Sur les quatre gros contrats avec les fournisseurs, deux sont en cours de finalisation. Nous avons notamment atteint notre objectif de réduction des coûts de production et trouvé un point d’entente avec les deux fournisseurs. Quant aux deux autres, l’un des opérateurs est encore en cours de réflexion, tandis qu’avec l’autre, les discussions sont encore rudes », précise le ministre. En tout cas, les parties prenantes feront en sorte de trouver tous les moyens possibles pour permettre à la JIRAMA d’économiser tout en améliorant ses performances.

Rova Randria

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff