Publié dans Economie

Branchements illicites - La JIRAMA récupère 700 millions d’ariary

Publié le mardi, 01 octobre 2019

Rien qu’une infime partie de l’iceberg. Effectivement, l’année dernière, la JIRAMA, société nationale d’eau et d’électricité, a enregistré plus de 7 milliards d’ariary de pertes liées aux branchements illicites et aux fraudes. Depuis, la JIRAMA a effectué une opération de ratissage dans les principaux quartiers concernés. Ainsi, de 2018 jusqu’au mois de juillet dernier, la société  pu récupérer 708 960 751 ariary des 257 fraudes et 91 cas de vol démasqués. Une somme encore minime en comparaison des 700 milliards.

Dernièrement, les auditeurs de la JIRAMA ont pris en flagrant délit de vol de courant un immeuble de deux étages, sis à Andohan’i Mandroseza. « L’immeuble en question est en situation de coupure pour non-paiement de facture (CNP), et ce, depuis 2017. Pourtant, nous avons constaté que le compteur était actif depuis tout ce temps, jusqu’à lundi dernier », expliquent-ils.

Corruption

Face à cette situation irrégulière, le propriétaire de l’immeuble a donc été interrogé. Selon les explications de ce dernier, « un employé de la JIRAMA lui a proposé de remettre le compteur en marche, en contrepartie d’une somme de 600 000 ariary ». Face à cela, les auditeurs ont donc tout de suite enlevé le compteur pour expertise avant de convoquer le propriétaire ainsi que l’employé de l’entreprise complice de ce vol. Il faut noter que dans ce genre de situation, la procédure au sein de la JIRAMA indique que l’auteur, ici le propriétaire de l’immeuble, paye le rappel de consommation durant la période de vol, si celle-ci est déterminée. Et si aucune entente n’a été trouvée, la JIRAMA transmettra le dossier à la Justice. En tout cas, l’opération de ratissage continuera pour lutter efficacement contre toutes ces pratiques frauduleuses, tirant la JIRAMA vers le bas.

Rova Randria

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff