Publié dans Economie

Salon de la créativité « Voatra » - Les entreprises rurales à la recherche de partenaires

Publié le vendredi, 25 octobre 2019

La 6ème édition du Salon de la créativité « Voatra » a ouvert ses portes, hier au Jardin emblématique d’Anosy. Cette année, en axant cette édition sur le thème de « la transformation rurale, créatrice de chaîne de valeur vers la compétitivité », la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA), organisateur de l’événement, s’est alors focalisée sur le monde rural. « Jusqu’à maintenant, la question de la recherche de débouchés demeure le principal problème des paysans, plus particulièrement aux environs de la Capitale. Pourtant, les besoins du marché sont bien présents. Ils rencontrent en effet des difficultés à trouver les bons partenaires de commerce.

Ils restent donc en retrait, empêchant alors le développement de leurs activités. Ce genre d’événements est alors une grande opportunité pour eux de solutionner ces problèmes et de nouer des relations d’échange », a soutenu Nasolo Razafindramaso, chargé de mission auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, hier, lors de l’ouverture officielle de l’événement. Ainsi, cette édition de « Voatra » vise particulièrement à faire rencontrer les micro-entreprises rurales (MERs) et les petites entreprises rurales (PERs) avec les grands enseignes industriels présents dans la Région Analamanga. « En participant à « Voatra », je veux surtout devenir fournisseur d’une grande industrie. Grâce au programme PROSPERER, j’ai déjà pu développer de nouvelles techniques de culture en même temps que ma production, il me reste juste à trouver le bon partenaire pour pouvoir les vendre maintenant », soutient Rajean, un des paysans participants.

Production et vente

 Toutefois, pour pouvoir convaincre ces industries de s’associer avec elles, les entreprises rurales se doivent d’améliorer et d’augmenter leur production. « Cette année, ce salon se concentre sur la filière agricole regroupant l’agriculture et l’élevage.La créativité et l’innovation qui émergeront de cet événement devront donc contribuer au développement de ces secteurs. Toutefois, le développement ne devrait pas se limiter seulement à la production, il devrait aussi s’étendre vers la vente pour une évolution plus conséquente du marché national. Comme cela, les paysans des environs pourront véritablement approvisionner les marchés de la Capitale », précise Noro, présidente du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM). Des rencontres sont déjà prévues par les organisateurs afin de favoriser la collaboration entre les différents acteurs.

Rova Randria

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff