Publié dans Economie

Madagascar-Iran - Redynamisation de la coopération économique

Publié le mercredi, 12 février 2020

La coopération économique entre Madagascar et l’Iran a débuté en 1988. Pourtant, le niveau de cette coopération a baissé après la deuxième République. Le chargé d’affaires de l’Iran à Madagascar, Hassan Alibakshi a ainsi profité de la célébration du 41ème anniversaire de la révolution iranienne, mardi dernier à l’hôtel Carlton, Anosy, pour s’approcher des représentants du Gouvernement, des membres de la société civile et des opérateurs économiques dans le pays. Durant son discours, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Tahiry Miankadaza Ratsimandao, a avancé la redynamisation du partenariat entre les deux pays. « L’Iran et Madagascar ont toujours eu une relation diplomatique.

Il faut dire que cette coopération a besoin d’être redynamisée. Madagascar, dans sa voie de l’émergence, s’ouvre à tous les partenaires ayant les mêmes projets de développement. On peut citer la possibilité de travailler de concert dans de nombreux domaines, pour ne citer que l’éducation et l’agriculture. Et je réitère mon souhait de relancer le partenariat dans le secteur privé en vue de développer les échanges commerciaux et promouvoir les investissements. Tout cela, dans le respect des engagements internationaux »,  déclare le SG du ministère.

Un consul honoraire

Afin de mieux entrer en relation avec l’Iran, un consul honoraire vient d’être désigné à Téhéran. Il a récemment pris ces fonctions afin de promouvoir le partenariat économique entre les deux pays. « Nous avons créé un pont direct reliant Madagascar à l’Iran. Ceci facilitera l’échange entre les deux pays. Sincèrement, cela me fait plaisir d’accompagner la Grande île dans son programme de relance économique. On peut transmettre nos acquis dans les domaines prioritaires, à savoir la mécanisation de l’agriculture, les maisons préfabriquées et surtout dans le domaine de l’énergie. Nous produisons 80 000 mégawatts. Par ailleurs, on se trouve positionne en deuxième producteur mondial de gaz, juste après la Russie. Chaque année, les Iraniens brûlent les gaz excédentaires car on en a trop. On ne sait plus ce qu’il faut en faire. J’espère pouvoir exporter directement ce produit à Madagascar et ce, dans un esprit gagnant-gagnant », avance Hassan Alibakshi, le chargé d’affaires de l’Iran à Madagascar. Pour rappel, les deux pays partagent une même organisation internationale comme l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste (ORA).

Solange Heriniaina 

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff