Publié dans Economie

Dégradation de la nature - L’économie malagasy menacée

Publié le dimanche, 08 mars 2020

 

479 milliards de dollars par an. Telle est la somme représentative de l’érosion des côtes, de la perte des espèces mais aussi du déclin de nos ressources naturelles au niveau mondial. Au mois dernier, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a publié en partenariat avec « Global Trade Analysis Project » de l’université de Purdue et «  Natural Capital Projet » de l’université du Minnesota un rapport sur le coût économique du déclin de la nature pour 140 pays dans le monde, dont Madagascar. Ce rapport a ainsi permis l’identification des pays dont les économies seront les plus durement touchées d’ici 2050. Et notre économie ne sera pas non plus épargnée.

Il faut croire que la destruction de notre environnement nous rend particulièrement vulnérables sur le plan économique, en plus d’être l’un des pays les plus affectés par les effets du changement climatique. « Selon ce rapport intitulé "Global Futures", Madagascar perdra 4,2 % de son produit intérieur brut d’ici à 2050 si la nature continue de se dégrader au même rythme que maintenant. Les scientifiques sont partis de scénarios qui lient les services des écosystèmes à des modèles économiques pour modéliser leurs projections. Ils se sont basés sur des services écosystémiques fournis par la nature, à savoir la pollinisation, la protection des côtes, les ressources en eau, la pêche maritime et le stockage du carbone », a expliqué WWF Madagascar. 

Lourds conséquences 

Effectivement, une nature dégradée ne peut plus rendre les mêmes services qu’auparavant. Aujourd’hui, les érosions du sol ne peuvent être freinées comme il se doit par les récifs coralliens et les mangroves. Le cas des côtes de Morondava le montre très bien. L’érosion causée par la mer s’intensifie de plus en plus. L’état des infrastructures de l’établissement hôtelier Bougainvillier en est la preuve. « Toutes dégradations font que notre nature soit plus fragile aux aléas climatiques. Pour Madagascar, la diminution de la couverture forestière actuelle ferait perdre 1,31 % de notre PIB d’ici à 2050. Si la déforestation réduit encore plus la surface des forêts restantes, celles-ci stockeront moins de carbone et nous protègeront moins des effets du changement climatique. Elles pourront retenir moins de sols et attireront moins de pluies », précise le rapport. 

En conséquence, le prix des produits de base et celui des denrées alimentaires vont augmenter. Les scientifiques ont estimé la hausse des prix au niveau mondial pour le bois (+8 %), le coton (+6 %), les graines oléagineuses (+ 4 %) ainsi que les fruits et légumes (+3 %). 

Toutefois, cette prévision n’est pas irréversible. Le rapport avance des solutions concrètes et réalistes. Le fait d’éviter la destruction des zones naturelles existantes doit figurer parmi les priorités. En tout cas, avec l’objectif de reverdir tout le pays, Madagascar est sur la bonne voie. Le ministère de l’Environnement et du Développement durable devra juste redoubler d’efforts pour atteindre ses objectifs de conservation et de restauration. 

Rova Randria 

 

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff