Publié dans Editorial

Prise de conscience générale

Publié le vendredi, 03 juillet 2020

« Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses.
 Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de Rajoelina sinon la maladie des riches ! De toutes les manières, « cela n’arrive qu’aux autres ! » Un adage qui demeure toujours d’actualité.  Ce n’est que maintenant qu’on commence à se rendre compte des réalités. L’évolution catastrophique des bilans du Covid-19 ces derniers jours et la  récente intervention du PM de dimanche dernier furent le mobile provoquant le déclic. Le virus ne fait aucun détail. Même des personnalités  politiques de marque ou des sommités médicales  subissent le même sort à l’image du Pr Lalatiana Andriamanarivo, ancien ministre de la Santé de l’ère Rajaonarimampianina, testé positif. Certains indices apparents corroborent le phénomène.
En ville, du moins à Antananarivo, on remarque visiblement que le port de masque se généralise ou se systématise. Une attitude générale qui dénote un certain niveau de conscientisation élargi. Les transports en commun ayant manifesté un relâchement depuis un certain temps se remettent au pas. Un bémol à relever, le respect du geste barrière a encore du long chemin à faire surtout sur les places publiques genre marchés. Les efforts de conscientisation globale et les campagnes de masse pour le respect de la discipline doivent être renforcés davantage. Tous les supports de communication publics ou privés devront être réquisitionnés pour le maximum de tapage médiatique axé essentiellement sur le péril que le pays risque d’encourir au cas où la majorité de la population continue à ignorer le danger mortel de ce virus. Des progrès existent mais il faudrait toujours sensibiliser à fond.
Le nouveau Centre de dépistage du Covid-19 à Andohatapenaka est pris d’assaut. Depuis le jour d’ouverture, le mercredi 1er juillet, annoncé par le chef de Gouvernement dimanche dernier, le Centre connait une affluence monstre. Dans une certaine mesure, on peut le qualifier d’un succès du régime qui a changé de tactique dans la lutte sans merci contre la pandémie. Du coup, on sent brusquement d’un éveil de masse qui se décide à prendre en main son avenir immédiat et à moyen terme. Bien entendu, de ce rush imprévisible, les responsables de ce Centre de dépistage sont quelque peu débordés. Mais, il appartient à chacun et aux dirigeants de s’organiser pour le mieux.
Quoiqu’on dise du côté des détracteurs mal barrés, la population commence à prendre conscience du véritable enjeu sinon du risque que représente la contamination du nouveau coronavirus.



  

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff