Publié dans Editorial

Quid de la deuxième vague !

Publié le mardi, 08 septembre 2020

Madagasikara déconfine ou presque. On ne le dit pas sur le texte, cependant dans les faits pratiques, c’est la réalité ! Le Gouvernement maintient pour les quinze jours à venir l’état d’urgence sanitaire. Toutes les consignes demeurent à respecter, seulement le confinement se desserre de telle sorte que tout le monde puisse vaquer à ses activités quotidiennes. Les transports en commun urbains et les taxis-be reprennent normalement comme ce fut déjà le cas quinze jours auparavant. Ibidem pour les transports régionaux ou nationaux hormis certaines Régions où le virus frappe encore fort. Un calendrier de reprise a été établi. Les magasins, les restaurants, les bars et karaoké sont ouverts toute la journée. Les usines et toutes les unités de production fonctionnent à plein régime. Les marchés grouillent de monde. Les stations d’essence, les banques et les officines de pharmacie n’ont jamais fermé leurs portes. L’éducation nationale se remet à flots. Les examens officiels ont démarré avec brio et la rentrée 2020-2021 débutera, sans faute, le 26 octobre prochain. De toute façon, il n’y aura pas d’année blanche ni pour le primaire/secondaire ni pour le supérieur. Bref, la vie reprend son cours normal.
Les responsables étatiques ne peuvent pas se permettre de maintenir « éternellement » le pays sous le joug d’un confinement strict. Les cinq mois et demi de mesures drastiques pour contenir la propagation de la pandémie de Covid-19 ont mis le pays à genou et asphyxié l’économie. Tous les indicatifs économiques sur le tableau de bord national virent au rouge. Et même le social et le côté politique subissent les effets nocifs collatéraux de la pandémie. L’atmosphère s’agite. On est sur les nerfs !
En tout état de cause, bien que l’étau se desserre significativement, le respect des consignes de base  quoique enquiquinant telles que le port de masque, le geste barrière, la distanciation de un mètre, le lavage systématique des mains, le confinement pour les personnes âgées  vulnérables et celles sujettes à des maladies chroniques  (diabétiques, asthmatiques ou autres) tient toujours.
Mais, il va falloir se méfier sérieusement du « retour en zone » de l’adversaire. La menace de la deuxième vague de la pandémie plane toujours. Une épée de Damoclès au-dessus de la tête. La prudence et la vigilance sont de rigueur. Des pays comme la Chine, la Corée du Sud, l’Espagne et la France en savent trop sur la capacité de re-nuisance de la Covid-19. En effet, en raison de la baisse constante des cas contaminés et des décès, ces pays avaient pris des mesures assouplissant les consignes  de prévention jusqu’à déconfiner entièrement, un moment. En réalité, le mal n’est pas parti  loin. En fait, il rôde ou tapit à côté et est prêt à rebondir au moment où l’on s’attend le moins.
En France, à titre d’exemple, la Covid-19 réapparait et ce avec une force de frappe insoupçonnée. Ces temps derniers, le pays enregistre 7 000 nouveaux cas en 24 heures et 25 000 en 72 heures. C’est terrifiant ! Du coup, des responsables publics recommandent, de nouveau, la reprise systématique des consignes entre autres le port des masques.  Certaines localités en imposent le port obligatoire. D’ailleurs, le conseil d’Etat approuve la décision.
Le scénario qui se produisit ailleurs risque fort de se reproduire à d’autres pays notamment à Madagasikara.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff