Publié dans Editorial

Le débat est clos !

Publié le mercredi, 31 mars 2021

Le Chef de l’Etat a donné finalement son feu vert sur l’option vaccin dans le traitement préventif de la Covid-19 à Madagasikara. Seulement à une condition qu’il soit facultatif pour les citoyens. Le Président de la République Rajoelina Andry, en personne et éventuellement sa famille, se réservent le droit de prioriser l’option CVO+, ce remède préventif et curatif mis au point par le laboratoire national (IMRA) et produit par la Pharmalagasy respectant le protocole scientifiquerequis et universellement reconnu.
Le Président Rajoelina, soucieux de préserver les intérêts supérieurs de son peuple, évitait de se précipiter dans la décision à prendre relative au vaccin. Il ne se laissait guère impressionner par les chants de la sirène à gauche ou à droite. Il rejetait les pressions d’origine interne ou externe.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) pèse de tout son poids pour que l’Etat malagasy donne son accord à l’utilisation du vaccin dans le traitement préventif contre la pandémie de Covid-19. L’Opposition, tout juste dans l’optique de semer le trouble, de ternir l’image du régime et surtout de banaliser ou minimiser l’efficacité de remède local (CVO+) adoube l’approche onusienne.Le bouillonnant chef de l’Opposition, le vieux Ravalomanana Marc, jugeait même nécessaire d’adresser une lettre à… l’ONU pour interpeller la communauté internationale à « faire pression » sur le Gouvernement malagasy afin qu’on adopte l’option vaccin à Madagasikara. Il est tellement vieux qu’il confond tout. Ravalo oublie ou fait semblant d’ignorer que, retour d’âge oblige, les Nations unies n’ont pas d’ordre à donner à chaque Etat membre dans tous les domaines qui relèvent de la souveraineté nationale. L’Etat malagasy est souverain dans toutes les décisions qui touchent de près ou de loin la vie de la Nation. Le domaine de la Santé publique fait partie intégrante du cadre strictement réservé au pouvoir régalien de l’Etat. Des conseils ou assistance, les Organismes rattachés de l’ONU peuvent utilement procurer mais seulement à l’appréciation du Gouvernement local.
D’aucuns n’ignorent que Rajoelina et son Gouvernement ne rejettent point l’option vaccin. Mais, ils se donnent le temps, tant soit peu, d’observer. Dans ce genre de question, la phase d’observation s’avère importante et essentiellement requise. Il s’agit de la santé de tout un peuple, il va falloir s’accorder le minimum d’effort pourscruter. Certes, l’approche des tenants du pouvoir irrite les uns et provoque les autres. Une approche légitime et compréhensible dans la mesure où la décision prise engage la vie de tout un peuple. Le Président Rajoelina a même requis l’avis scientifique de l’Académie de médecine mais non pas de l’Académie Malagasy, nuance s’il vous plaît, avant de statuer définitivement.
Comme il fallait s’y attendre, les sommités médicales du pays, l’Assemblée des Professeurs agrégés, les seuls habilités à se prononcer, donnent leur approbation à l’usage du vaccin dans le traitement de la Covid-19 à Madagasikara. Mais, il faut au préalable, selon les explications du président de l’Académie de médecine, le Professeur Razanaparany Marcellin, déterminer exactement le cas de variant qui sévit dans le pays. Et lui d’ajouter que l’application du vaccin est facultative.
Le Chef de l’Etat ayant donné son feu vert, il appartient désormais aux spécialistes d’identifier le type de vaccin approprié. Au final, Madagasikara s’inscrit à l’initiative Covax.
Le débat est clos !
Ndrianaivo


Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff