Publié dans Editorial

Majorité responsable

Publié le jeudi, 01 avril 2021

Quand Tsimbazaza éternue, Ambohitsorohitra a une température ! Quand le Parlement tousse, l'Etat sent la fièvre ! L'Assemblée nationale, le Sénat avec, est le cœur de la démocratie. Et quand le cœur palpite, le corps est en état de fébrilité ! Une majorité parlementaire solide garantit la stabilité. Une majorité frivole met en danger le pouvoir en place et l'Etat en mauvaise posture.

 

A entendre avec attention le discours du perchoir de l'Assemblée nationale en guise de clôture de la session extraordinaire au CCI Ivato, on croit comprendre que quelque chose de pas catholique bouillonne dans les travées du Palais. Christine Razanamahasoa, députée élue dans le District d'Ambatofinandrahana et présidente de l'Assemblée nationale, laissait entendre durant son intervention que la majorité se sent quelque peu dépitée. Il existe un certain malaise ou un malaise certain au sein de la Chambre basse.

L'éternel problème d'avantages ou privilèges dus à la fonction d'élus parlementaires empoisonne la relation entre le Législatif et l'Exécutif. Les députés remettent sans arrêt sur table la question de la dotation des véhicules « tout-terrain ». Une requête que l'Exécutif évite à tous les coups d'apporter une réponse nette. Vu la situation critique de l'économie nationale qui impacte sur le budget de l'Etat, vu la restriction imposée par les mesures d'austérité, le Gouvernement n'est pas en mesure de satisfaire la demande. A noter que le régime précédent n'avait pas non plus donné suite aux « doléances » des députés.

A un certain moment, des députés dans les rangs de la majorité avaient soumis un projet de loi relatif à la retraite parlementaire. Lequel projet n'avait eu d'écho du côté de l'Exécutif. D'autre part, les locataires de Tsimbazaza se sentent victimes d'un crime de « lèse-majesté » concernant la préséance protocolaire. Ils conçoivent mal qu'on les considère comme des autorités de « second rang » derrière les représentants de l'Etat. En réalité, certains de nos députés semblent ignorer ce que la Loi fondamentale stipule sur la préséance protocolaire des Institutions de la République. Au premier rang, l'Exécutif à savoir le Chef de l'Etat et le Gouvernement. Et viennent après, les Institutions parlementaires (Assemblée nationale et Sénat) et ainsi de suite. Donc, dans toutes cérémonies officielles sur le territoire national, les représentants de l'Etat central trônent au premier rang du protocole. L'organisation des places dans les tribunes officielles et l'ordre de prise de parole obéissent de fait à ce protocole.

Compte tenu de ces malentendus, les députés même ceux de la majorité se sentent frustrés. Ils ont manifesté leurs ressentiments lors de l'élection des représentants devant siéger à la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Visiblement, la consigne de vote n'aurait pas été largement suivie.

Gérer les frustrations et les attentes déçues des parlementaires (députés) relève d'un parcours du combattant pour l'Exécutif. Depuis que feu Francisque  Ravony, PM de feu Zafy Albert, accordait une faveur dotant  un véhicule tout-terrain pour chaque élu de Tsimbazaza, l'Assemblée nationale devient ingérable surtout quand le Gouvernement évite de satisfaire leurs « caprices ».

 Une odeur fétide de tentative de désolidarisation se fait sentir dans les rangs de la majorité. Un relent en passe de polluer l'atmosphère.

Ce que le pays attend de nos élus, de la majorité parlementaire, qu'ils soient responsables et mettent en avant les intérêts majeurs de la Nation.

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff