Publié dans Editorial

Majorité responsable

Publié le jeudi, 01 avril 2021

Quand Tsimbazaza éternue, Ambohitsorohitra a une température ! Quand le Parlement tousse, l'Etat sent la fièvre ! L'Assemblée nationale, le Sénat avec, est le cœur de la démocratie. Et quand le cœur palpite, le corps est en état de fébrilité ! Une majorité parlementaire solide garantit la stabilité. Une majorité frivole met en danger le pouvoir en place et l'Etat en mauvaise posture.

 

A entendre avec attention le discours du perchoir de l'Assemblée nationale en guise de clôture de la session extraordinaire au CCI Ivato, on croit comprendre que quelque chose de pas catholique bouillonne dans les travées du Palais. Christine Razanamahasoa, députée élue dans le District d'Ambatofinandrahana et présidente de l'Assemblée nationale, laissait entendre durant son intervention que la majorité se sent quelque peu dépitée. Il existe un certain malaise ou un malaise certain au sein de la Chambre basse.

L'éternel problème d'avantages ou privilèges dus à la fonction d'élus parlementaires empoisonne la relation entre le Législatif et l'Exécutif. Les députés remettent sans arrêt sur table la question de la dotation des véhicules « tout-terrain ». Une requête que l'Exécutif évite à tous les coups d'apporter une réponse nette. Vu la situation critique de l'économie nationale qui impacte sur le budget de l'Etat, vu la restriction imposée par les mesures d'austérité, le Gouvernement n'est pas en mesure de satisfaire la demande. A noter que le régime précédent n'avait pas non plus donné suite aux « doléances » des députés.

A un certain moment, des députés dans les rangs de la majorité avaient soumis un projet de loi relatif à la retraite parlementaire. Lequel projet n'avait eu d'écho du côté de l'Exécutif. D'autre part, les locataires de Tsimbazaza se sentent victimes d'un crime de « lèse-majesté » concernant la préséance protocolaire. Ils conçoivent mal qu'on les considère comme des autorités de « second rang » derrière les représentants de l'Etat. En réalité, certains de nos députés semblent ignorer ce que la Loi fondamentale stipule sur la préséance protocolaire des Institutions de la République. Au premier rang, l'Exécutif à savoir le Chef de l'Etat et le Gouvernement. Et viennent après, les Institutions parlementaires (Assemblée nationale et Sénat) et ainsi de suite. Donc, dans toutes cérémonies officielles sur le territoire national, les représentants de l'Etat central trônent au premier rang du protocole. L'organisation des places dans les tribunes officielles et l'ordre de prise de parole obéissent de fait à ce protocole.

Compte tenu de ces malentendus, les députés même ceux de la majorité se sentent frustrés. Ils ont manifesté leurs ressentiments lors de l'élection des représentants devant siéger à la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Visiblement, la consigne de vote n'aurait pas été largement suivie.

Gérer les frustrations et les attentes déçues des parlementaires (députés) relève d'un parcours du combattant pour l'Exécutif. Depuis que feu Francisque  Ravony, PM de feu Zafy Albert, accordait une faveur dotant  un véhicule tout-terrain pour chaque élu de Tsimbazaza, l'Assemblée nationale devient ingérable surtout quand le Gouvernement évite de satisfaire leurs « caprices ».

 Une odeur fétide de tentative de désolidarisation se fait sentir dans les rangs de la majorité. Un relent en passe de polluer l'atmosphère.

Ce que le pays attend de nos élus, de la majorité parlementaire, qu'ils soient responsables et mettent en avant les intérêts majeurs de la Nation.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff