Publié dans Editorial

Dis-moi … ?

Publié le lundi, 12 avril 2021

Dis-moi quel remède tu prends, je te dirai quel bord politique tu es ? O mon pauvre pays, quelle damnation tu encours ! Depuis Gallieni, en début du siècle dernier, Madagasikara fait l’objet d’une domination perverse et d’une division ignoble.

 

A peine qu’il débarqua, le Général Joseph Simon Gallieni, Gouverneur Général, déclarait qu’il faut « franciser » les malgaches, et d’un et les  diviser entre eux  selon la vile politique « diviser pour régner », et de deux. Deux axes prioritaires pour les nouveaux occupants. Il fallait écarter ou mettre de côté la langue des missionnaires, l’anglais au profit, bien entendu, de la langue de Molière ou plutôt de la langue des colonisateurs. Parallèlement, il fallait attiser la division entre les habitants des Hauts Plateaux et ceux des zones côtières. Et le manège fonctionne bien et ce jusqu’à nos jours. En tout cas, malgré tous les efforts pour instaurer l’unité nationale, l’esprit de la division demeure. A tel point qu’on est incapable de faire la part des choses. Les zizanies politiques parviennent à diviser facilement jusque dans les domaines qui n’ont rien à voir avec l’appartenance politique.

En effet, les tenants du pouvoir lançaient depuis l’année dernière le remède à base de plantes médicinales endémiques le Covid-Organics, le CVO, pour traiter en aval et en amont la maladie du coronavirus. Les résultats positifs sont palpables et même des pays d’autres cieux ont été séduits de l’efficacité du remède qui, notons-le, respecte le protocole scientifique en laboratoire. Beaucoup de concitoyens témoignent des effets louables du CVO. En ce moment de la propagation de la deuxième vague avec le variant sud-africain, on ne manque pas de vanter, à juste titre, les mérites préventifs et curatifs du CVO+ (formule gélules). Mais, les détracteurs du pouvoir en place trouvent toujours le moyen de diaboliser tout ce qui vient du régime. Un certain Rakotomalala Edmond, médecin de son état, a mis au point un remède (Ed-1) pour soi-disant soigner la Covid-19. Il semble, dit-on, que la « potion » guérit les patients atteints. Et naturellement, l’Opposition encense l’Ed-1. Et voilà, les ouailles et autres sympathisants de Bel-Air se bousculent vers « l’autre » qui s’arrache comme de petits pains en se moquant du prix, parfois hors d’atteinte et au noir. Ainsi donc, pour en savoir à quelqu’un de quel côté, politiquement parlant, se range-t-il, il suffit de lui demander quel remède prend-il pour se soigner de la Covid-19 !  Quel dommage ! Et l’héritage de Gallieni reste à jamais incruster dans la mentalité.

Les tenants du pouvoir ont beaucoup du mal à se saisir de la situation. Partagés entre le désir profond de voir son peuple libéré de ce terrible fléau au plus vite et la volonté de faire respecter la loi, les dirigeants doivent marcher sur les œufs. Il faut le dire que Ed-1 n’a eu la « bénédiction » scientifique d’aucun laboratoire du pays et encore moins l’autorisation du ministère de la Santé. Normalement, ce « remède » en question ne doit pas circuler librement sur le marché mais la question est trop délicate.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff