Publié dans Editorial

Consternation générale !

Publié le vendredi, 18 juin 2021

L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible.   
Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous  la « bénédiction » de ces deux membres du système des Nations unies. De ce fait, le geste du Gouvernement malagasy d’attendre des explications officielles venant des Instances internationales compétentes en matière de santé s’inscrit dans une démarche légitime de la part d’un Etat indépendant et souverain. On ne cherche point la petite bête ni l’impossible. En tant que membre à part entière de l’ONU, Madagasikara a le droit de savoir les tenants et aboutissants d’une telle décision qui a eu des impacts désobligeants à son égard.
Le Président Rajoelina n’est pas dans le tort quand il recommande plutôt le remède traditionnel amélioré CVO + (gélules) en lieu et place du vaccin pour répondre aux impacts nuisibles de la Covid-19. Il l’a dit lui-même ouvertement qu’il ne se vaccinera pas. Il se suffit au remède malagasy. Bon nombre de concitoyens lui emboîtent le pas.
A titre de rappel, le Gouvernement malagasy a pris le temps nécessaire avant de rejoindre les autres pays à adopter le vaccin dans le traitement contre la Covid-19. Il a encaissé tous les maux ! L’OMS et les pays européens usent de tout leur poids pour obliger les dirigeants à se plier. Le Chef de l’Etat Rajoelina donnait à plusieurs reprises la raison de l’abstraction momentanée mais non définitive de Madagasikara. Le « Fanjakana » malagasy se donne le temps de bien observer « quel type de vaccin convient-il aux réalités de la pandémie locale ? ». En concertation avec l’OMS et encouragé par les partenaires européens, le choix se portait sur le Covishield (vaccin indien).
Alors, on tombe des nues de cet Arrêt de l’Union européenne ! Certainement, c’est une décision anxiogène au plus haut degré. On s’interroge « Y a-t-il un dysfonctionnement quelque part ? ». Sinon, « y a-t-il deux Europe ? ». Il y a l’Europe qui encourage à aller dans un sens et il y a une autre qui dit le contraire ! L’Afrique, le berceau des pays pauvres ne sait plus sur quel pied danser !
L’Ambassade de France, l’origine du communiqué, se doit de se démener à éclaircir l’affaire. De toute manière, le pot est cassé ! Qui va payer la « facture » ? C’est une gifle en pleine figure de certains pays dont Madagasikara. Une gifle plus amère et plus déconcertante que certains en ont eu pour leur gouverne quelque part dans l’Hexagone.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff