Publié dans Editorial

Jerson, l'imprenable !

Publié le jeudi, 17 juin 2021

Des actes de banditisme sèment le trouble et la terreur dans la Région de Sofia. Les autorités locales, dont en première ligne le Gouverneur, font des pieds et des mains, avec les soutiens des élus de la Région, pour remettre en selle la sécurité mais en vain. En cause, une escouade de hors-la-loi dirigée par le triste célèbre chef de bande Jerson qui sévit dans la Région depuis des années.

Si on a pu appréhender certains de son entourage, Jerson reste introuvable sinon imprenable, du moins jusqu'à l'heure. Le Gouverneur Lilyson, officier général de la Gendarmerie de son état, diligente en personne les opérations au front mais sans succès. Et pour cause !

Le député Velontsara Paul Bert, élu du District de Port-Berger sous la couleur de l'IRD, monte au créneau et dénonce la collision de certains acteurs politiques rendant difficile et complexe les actions menées sur place. Ces politiciens, peu recommandables, accusent les responsables locaux, nommés et élus proches du pouvoir, d'être à l'origine de l'insécurité dans la Région. Taxés d'incompétents et de complices, les représentants de l'Etat et les élus locaux encaissent des « coups bas ». Le député Velontsara, à la fois président du groupe parlementaire IRD à l'Assemblée, pointe du doigt la campagne de dénigrement orchestrée par ces « politiciens » indélicats.

Au contraire, ces activistes politiques locaux, de mèche avec ceux de la Capitale, entretiennent et soutiennent indirectement les actes délictueux de Jerson et compagnie. De par leur implication, ils rendent pratiquement impossible la traque des hors-la-loi personnalisés par Jerson. La Gendarmerie, résolue à mettre la main sur cet insaisissable bandit, sort « l'artillerie lourde ». Une prime de 2 000 000 d'ariary sera offerte à celui ou celle qui parvient à fournir, discrètement, des informations ou renseignements fiables aux Forces de l'ordre.

Par ailleurs, le cas Jerson illustre le symbole des bandits de grand chemin que nos Forces de l'ordre ne parviennent pas à néantiser totalement à Madagasikara. Il faut reconnaitre que les hommes en treillis traquent sans repos ni répit au risque même de coûter à leur vie. Cependant, le mal persiste et regagne plutôt d'intensité. Il a fallu du temps, même des années, pour enfin arriver à mettre aux arrêts certains bandits notoires comme les Lama, les Del Kely. D'autres demeurent introuvables sinon imprenables à l'image de Remenabila, au Sud, ou Jerson (Sofia).

 Mais pourquoi ces voyous de grand chemin réussissent-ils à semer les gendarmes ou les policiers ? Pourtant, ces derniers (FDS) ne lésinent point sur les moyens tant structurels que matériels et surtout en ressources humaines mais les résultats laissent, malheureusement, à désirer. Le Chef de l'Etat, en sa qualité de Chef suprême des armées, s'investit personnellement dans la lutte contre l'insécurité, un combat de titan qui s'inscrit dans le long terme.

Selon des observateurs avisés, la traque des dahalo de tout genre se complique à cause de certaine complicité ou en relation avec des personnalités haut placées ou avec des élus influents ou encore des notables de la Région. Ainsi, de mèche avec de gros prédateurs nichés quelque part, Jerson et compagnie, Remenabila et autres se targuent d'être imprenables et se permettent à narguer les autorités locales, régionales voire nationales et sèment la terreur. Ils osent défier l'autorité suprême de l'Etat.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff