Publié dans Editorial

CUA, la résurrection !

Publié le lundi, 26 juillet 2021

Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.
Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5 attribué à chacun. Ainsi, on craint des débordements, des pillages et de toutes les formes d’acte de vandalisme dont les « mercenaires » de certains gros bonnets de la politique de l’Opposition en ont l’apanage. Mais la « fermeté » qui est, semble-t-il, le mot d’ordre émanant du maire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA)  tient le coup. Et il en faut !
Antananarivo a trop souffert de la gabegie. L’anarchie, le bordel et l’indiscipline régnaient sans partage sur la ville. Saletés, immondices et odeurs nauséabondes sont le lot quotidien des citoyens à tel point que la Capitale de Madagasikara se trouve, parmi d’autres, au premier rang des Capitales les plus sales d’Afrique et du … monde. Bouchons ou embouteillages sur fond de pollution aigüe avec en toile de fond l’insécurité et la pauvreté assombrissent et ternissent le tableau. 
La détérioration sinon la dégringolade voire la dégradation de la Ville des Mille résulte de l’échec de la gestion de la ville par les différents édiles qui se sont succédé depuis les évènements de 72, date à laquelle l’historique édifice de l’Hôtel de Ville fut incendié. Le clientélisme politique qui prévalait depuis empêchait d’engager les changements nécessaires. Réduit en cendres plutôt abandonné en ruines, l’Hôtel de Ville, le bel immeuble à l’architecture coloniale , témoin de l’Histoire, n’a pu être  restauré pour revivre son lustre d’origine que grâce à la volonté tenace d’un certain Rajoelina Andry Nirina, maire élu de Tanà (2007 à 2009), Président de la Transition de 2009 à 2014 et actuel Chef d’Etat, élu s’il vous plaît !
Naina Andriantsitohaina, le maire actuel d’Antananarivo, boosté d’une profonde ambition et d’une ferme volonté de relooker l’image de la Capitale, est en œuvre sinon en chantier. Le « Veliranon’Iarivo », le pacte sacré qu’il a contracté avec le « Vahoakan’Antananarivo » se met en marche. Fort du soutien moral de l’opinion, le premier magistrat de la ville fonce. Il n’a pas droit à l’erreur. La vitesse marche arrière n’existe point dans la machine.
Ce début prometteur dans les efforts d’assainissement de la Capitale rappelle en grandeur nature la prouesse et le courage d’un certain Guy Willy Razanamasy. Maire élu de la Capitale en 1995, « Le Sola » toilettait la Ville des Mille. A ce rythme, la CUA connaîtra assurément la résurrection où il sera bon de vivre.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff