Publié dans Editorial

Bataille ouverte ! 

Publié le mardi, 11 janvier 2022

Prié de s’exprimer autour d’une question relative à la candidature pour l’échéance électorale de 2023, le Président de la République Rajoelina Andry déclare d’emblée qu’il ne refusera à personne de se présenter. En fait, le Chef de l’Etat se porte garant de la liberté et de l’inclusivité de ce décisif scrutin.

En tout cas, ce geste louable du Président Rajoelina s’inscrit dans la logique de la loi. Il ne peut pas y en avoir d’autre option sinon on va à contre-courant de la Constitution. En effet, la Loi fondamentale autorise à tout citoyen remplissant les critères suivants à se porter candidat : « Etre de nationalité malagasy, jouir de ses droits civiques et politiques, avoir au moins trente- cinq ans à la date de clôture du dépôt des candidatures, résider sur le territoire de la République de Madagasikara depuis au moins six mois avant le jour de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures » (Art. 46 Alinéa 1 de la Constitution).

La démocratie, en tant que principe fondamental sur lequel s’érige la souveraineté et la crédibilité de la Nation, ne tolère pas l’exclusivité dans le processus des élections, en particulier la présidentielle. La Communauté internationale, les bailleurs traditionnels et la Société civile rejettent en bloc toute tentative d’exclure tout acteur politique potentiellement valable. La reconnaissance par tous du régime en place dépend foncièrement de l’état libre et inclusif du scrutin en jeu. Un régime mis au ban de la Communauté internationale, par la Société civile et par le microcosme politique local, aura fort à faire pour survivre sereinement et aisément.

Lors de ce « petit-déjeuner » du vendredi 7 janvier, le débat sur l’échéance de 2023 n’est pas forcément à propos en ce début de 2022. C’est trop tôt tout de même d’aborder un sujet dont les enjeux ne se dérouleront pratiquement que dans vingt-quatre mois. Un débatqui semble encore précoce mais vu l’impatience de certains qui montrent déjà les muscles et s’entrainent sur terrain, le Président se plie et répond aux questions. Selon le Président de la République, la priorité qui prévaut en ces temps si difficiles consiste d’abord à trouver d’urgence les issues à toutes ces préoccupations dont entre autres la misère de la population, l’insécurité générale, le « kere » dans le Sud et surtout les délestages intempestifs de la JIRAMA. D’ailleurs, c’est pour cette raison que Rajoelina en personne se déplace sur le lieu, à Andekaleka, afin de constater de visu l’étendue des dégâts et en trouver les voies et les moyens pour résoudre le mal qui pèse et nuit trop sur la vie quotidienne de chacun. Au fait, la complexité et l’urgence des cas sont telles qu’il (le Président Rajoelina) n’a pas le temps pour le moment à réfléchir sur l’éventualité on non de sa candidature en 2023. Il y a un ordre de priorité à établir ! L’éthique d’un vrai homme d’Etat passe par là !

De toutes les manières, la bataille de 2023 sera rude. Les postulants doivent s’attendre à une course sans état d’âme ! La bataille ouverte s’annonce âpre mais pour les bons candidats qui seront forcément de bons… perdants ou de légitime gagnant, rien ne sert de courir.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff