Publié dans Editorial

La lumière reviendra

Publié le mercredi, 12 janvier 2022


Tout espoir repose sur Andekaleka pour le court terme. Le site hydroélectrique assure près de la moitié de l’électricité consommée sur le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). D’ici six semaines à six mois, une puissance installée de 128 mégawatts sera disponible pour les usagers. Le deadline sera respecté. Les techniciens sont à l’œuvre. Entre-temps, le délestage s’inscrit dans le quotidien des habitants d’Antananarivo et les autres villes desservies par les réseaux de distribution interconnectés de la JIRAMA. Un peu plus à l’ouest de la Capitale sur la rivière d’Ikopa, Farahantsana est sur le point d’entrer en activité. L’opérationnalisation de ce site hydro d’une capacité de 28 mégawatts est prévue pour bientôt. Sa production renforcera le ravitaillement du RIA. Rien qu’avec ces deux centrales hydro, ce denier aura théoriquement 156 mégawatts vers le 31 décembre de cette année nouvelle. Entre-temps, plusieurs autres sites de production – hydro, thermiques et solaires confondus – continueront à fournir la précieuse énergie dont dépendent l’essentiel de la vie à Antananarivo et ses environs, zone de concentration de la moitié près de la richesse nationale. Ambatolampy, Mandraka, Antelomita, Ambohimanambola et Mandroseza jouent de ce fait un rôle vital. Encore vital qu’eux le site hydro de Sahofika – bientôt aussi en construction – sur la rivière de Onive. Sa puissance installée de 192 mégawatts extensible jusqu’à 300 mégawatts profitera au RIA, à Toamasina et à Fianarantsoa. Les 900 millions d’euros prévus pour ce projet titanesque seront investis pour quelque chose de rentable sur le long terme. Le concept de croissance durable pousse à porter le regard sur le lointain. Il n’y alors rien à s’en faire. Les habituelles coupures, intempestives qu’elles soient des fois, ne seront qu’un cauchemar si tout fonctionne bien. Mais attention ! Les imprévus ne manquent pas et ils commencent déjà à se profiler à l’horizon. L’allongement des séquences sèches est un signe annonciateur des problèmes à venir. Chaque année, le retard des premières pluies est devenu une règle. Ces dernières années notamment. Les précipitations tardent à se déclarer. La saison des pluies s’étendait d’octobre à mai auparavant. Les nappes souterraines avaient de ce fait le temps de se recharger suffisamment. La densité de la couverture forestière et végétale des décennies passées favorisaient l’infiltration des écoulements dans le sol. Les ressources en eau étaient ainsi disponibles en quantité. La pénurie d’eau était méconnue. En revanche, tout change à présent. Des mesures drastiques sur le long terme s’imposent. Parmi elles ce reboisement massif afin de reverdir l’île rouge. La durabilité de l’exploitation des coûteux projets d’Andekaleka, de Farahantsana et de Sahofika, entre autres, en dépendra…

Manou Razafy

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff