Publié dans Editorial

Paradis des faux prophètes !

Publié le mercredi, 17 août 2022

La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !
Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté et lui-même s’enrichissent de façon arrogante. Le pasteur Mailhol coule des jours heureux sur le dos des membres vivant dans la misère. D’autres ne se gênent point de se faire appeler Bishop ou Révérend sans avoir eu un cursus académique pastoral respectant les normes requises. Tous ces faux prophètes crèvent l’écran par des  homélies sans ponctuation pendant au moins deux heures d’affilée. D’autres encore qui prétendent libérer toujours par la magie du verbe les adeptes de leurs soucis. L’église « Vahao ny oloko » qui draine des foules de bonnes gens gobant aveuglément les bobards de ces pasteurs très habiles à mener en bateau le peuple du bon Dieu. Certains de ces faux hommes de Dieu agissent dans l’ombre. De nombreux viennent chez eux pour les consulter ou se faire guérir. Et l’affaire marche bien !  Les comptes bancaires se portent bien. La liste n’est pas du tout exhaustive. Ce ne sont que des cas parmi tant d’autres.
Et que dire de cette « passion » démesurée afin de garder jalousement, contre vents et marées, son sulfureux fauteuil de pasteur dans cette grande église dite « Jesosy Mamonjy » sise à Ankorondrano. Une bagarre sans scrupule. Véritables boxes et accrochages physiques en plein culte. Mais, c’est la honte ! Un autre confrère éditorialiste n’hésite pas à le décrire comme suit « L’église touche le fond ». En fait, d’après un membre de cette église qui a voulu garder l’anonymat, le pugilat de deux pasteurs et leurs partisans à l’intérieur d’un des grands temples de Tanà au cours d’un culte hebdomadaire de dimanche ne relève qu’une vulgaire histoire de sous. Et on se bat à mort pour avoir la mainmise du gros pactole que génère les milliers de fidèles. Fait rarissime ! Et on se pose la question « de quel genre de pasteurs seraient-ils. L’évangile ne se considère plus comme la priorité.
Finalement, l’église devient un terrain de prédilection entre les mains de faux prophètes ou de faux pasteurs. Des escrocs religieux qui agissent sans foi ni loi ! Et Madagasikara au même titre que certains pays africains est le paradis de ces énergumènes qui se font des fortunes sur le dos des misérables adeptes.
L’Etat en sa qualité de garant de la sauvegarde des intérêts supérieurs de la Nation ne devrait-il pas agir et mettre le holà.


Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff