Publié dans Editorial

Singulier anniversaire !

Publié le mardi, 16 août 2022

Alors que le tout Tanà s’apprêtait à assister ou à encourager les jeunes Ankoay U18 (Garçons) à la finale de l’AfroBasket U 18 à Mahamasina contre les Pharaons d’Egypte, les chrétiens de l’église FJKM de Tranovato- Ambatonakanga célébraient le 185 ème anniversaire de la mort en martyr de Rasalama et des autres martyrs ce dimanche 14 août. Date, jour pour jour, le 14 août 1837, de cet évènement tragique à Ambohipotsy.

Bref rappel historique (source Wikipédia). Rafaravavy Rasalama, 1810 (environ) – 1837, fut membre pratiquante de l’église (en bois) sise à Ambatonakanga. Baptisée en mai 1831, elle participa à la Sainte Cène le 5 juin de la même année à Ambatonakanga. S’inquiétant de l’expansion rapide de la religion des Vazaha (missionnaires LMS) à Antananarivo et périphéries, la reine Ranavalona 1ère décréta l’interdiction de la pratique de la religion chrétienne en 1835 dans son royaume. Raison principale, la reine mère se méfiait de ces chrétiens qui se convertissaient en nombre annonçant ouvertement leur foi et leur soumission à l’égard de Jésus Christ leur « Seigneur » et leur « Roi ». Dans le royaume de Madagasikara, il n’y qu’une seule souveraine à savoir Ranavalomanjaka. Ainsi, tous ceux ou celles qui persistent seront sévèrement châtiés. Beaucoup des croyants dont Rafaravavy n’ont jamais renié à leur foi. Un geste que la reine Ranavalona n’a point du tout apprécié d’où le début des persécutions. Rasalama sera la première mise à mort et d’autres suivront. L’Histoire nous apprend qu’on taxait la reine de sanguinaire surtout de la part des missionnaires. Une vision que des historiens ne partagent pas.

En effet, cet évènement douloureux de l’Histoire de Madagasikara en particulier du christianisme met sur la table du débat la question relative à la souveraineté nationale. Etant profondément jalouse de l’intégrité culturelle et surtout de la souveraineté politique de son pays, la reine mère rejette toute incursion étrangère. La question qui se pose « la reine avait-elle commis une quelconque erreur en interdisant la religion des Vazaha ou chrétienne sur son territoire ? » Pour des historiens voulant garder leur objectivité, la souveraine ne se trouvait pas tellement dans son tort. Elle voit de très mauvais œil l’infiltration du christianisme dans son royaume et pour prendre lieu et place de la religion des ancêtres (Ny fivavahan-drazana) que les missionnaires accusent d’idolâtries (fanompoan-tsampy). Mais aussi d’une tentative des Vazaha d’occuper la terre des ancêtres. La suite de l’Histoire ne donne pas tort à la vision de Ranavalona. En tout cas, tout ce qui s’était produit ne contredit pas la crainte de la reine. La Grande île finira un jour par devenir colonie !

Le débat sur la souveraineté nationale reste toujours d’actualité. L’éclatement de la guerre en Ukraine et la position adoptée par le régime en place suscite l’ « indignation » des grands. Madagasikara maintient la position médiane et refuse malgré certaines pressions de prendre position. Une histoire de faire valoir sa souveraineté. Evidemment, les partenaires occidentaux, les grands pourvoyeurs de fonds de la Grande île « regrettent » la position adoptée des Malagasy mais la souveraineté d’Etat n’est pas à négocier.

Tout de même, il faut reconnaitre l’engagement de Rasalama jusqu’à la mort dans la foi qu’elle croit dur comme fer. Un comportement qui fait réflexion.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Dommages impayés - Une dépouille non inhumée depuis un an
  • École supérieure polytechnique de Vontovorona - Une nouvelle grève sur fond de déstabilisation
  • « Mihava Tour » - Siteny en quête de trésor de guerre à Dubaï
  • Branchement en souffrance - L’extension des réseaux de la JIRAMA s’accélère
  • Concertation nationale - Un plan peu catholique du FFKM en gestation ?
  • Meurtre d’une directrice d’EPP et de sa fille - Les beaux-parents présumés commanditaires
  • Collision avec un train - Trois techniciens de la JIRAMA meurent sur le coup
  • Naufrage d’un bateau de clandestins à Ambilobe - Deux organisateurs et des passagers devant le Tribunal 
  • Kidnapping à Morarano-Chrome - La Région mal administrée 
  • Opération « Harato » … - Non à la gâchette facile !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Triple défi
    Tandis que les impacts de la pandémie de Covid-19 perdurent et la guerre en Ukraine fait rage dont les effets négatifs collatéraux déciment, aussi en sens figuré que dans le sens propre, les vulnérables comme Madagasikara sont confrontés à des défis extrêmes : l’autosuffisance alimentaire, la fluidité et durabilité de la mobilité et la transition énergétique. Un triple défi que le pays entier, gouvernants et administrés confondus, doit relever. Une responsabilité de tous qu’il faille coûte que coûte assumer.Le 27 du mois précédent, nous étions ici amenés à évoquer un pan de la bataille que le pays doit affronter impérativement à savoir la lutte contre la misère, le combat contre l’insécurité et la bataille, sans merci, contre la corruption. Un triple enjeu, un incontournable pari qu’il faille indubitablement gagner. Année de tous les enjeux et de tous les défis, 2023 n’a pas le droit de rater le coche. Année électorale…

A bout portant

AutoDiff