Publié dans Editorial

Singulier anniversaire !

Publié le mardi, 16 août 2022

Alors que le tout Tanà s’apprêtait à assister ou à encourager les jeunes Ankoay U18 (Garçons) à la finale de l’AfroBasket U 18 à Mahamasina contre les Pharaons d’Egypte, les chrétiens de l’église FJKM de Tranovato- Ambatonakanga célébraient le 185 ème anniversaire de la mort en martyr de Rasalama et des autres martyrs ce dimanche 14 août. Date, jour pour jour, le 14 août 1837, de cet évènement tragique à Ambohipotsy.

Bref rappel historique (source Wikipédia). Rafaravavy Rasalama, 1810 (environ) – 1837, fut membre pratiquante de l’église (en bois) sise à Ambatonakanga. Baptisée en mai 1831, elle participa à la Sainte Cène le 5 juin de la même année à Ambatonakanga. S’inquiétant de l’expansion rapide de la religion des Vazaha (missionnaires LMS) à Antananarivo et périphéries, la reine Ranavalona 1ère décréta l’interdiction de la pratique de la religion chrétienne en 1835 dans son royaume. Raison principale, la reine mère se méfiait de ces chrétiens qui se convertissaient en nombre annonçant ouvertement leur foi et leur soumission à l’égard de Jésus Christ leur « Seigneur » et leur « Roi ». Dans le royaume de Madagasikara, il n’y qu’une seule souveraine à savoir Ranavalomanjaka. Ainsi, tous ceux ou celles qui persistent seront sévèrement châtiés. Beaucoup des croyants dont Rafaravavy n’ont jamais renié à leur foi. Un geste que la reine Ranavalona n’a point du tout apprécié d’où le début des persécutions. Rasalama sera la première mise à mort et d’autres suivront. L’Histoire nous apprend qu’on taxait la reine de sanguinaire surtout de la part des missionnaires. Une vision que des historiens ne partagent pas.

En effet, cet évènement douloureux de l’Histoire de Madagasikara en particulier du christianisme met sur la table du débat la question relative à la souveraineté nationale. Etant profondément jalouse de l’intégrité culturelle et surtout de la souveraineté politique de son pays, la reine mère rejette toute incursion étrangère. La question qui se pose « la reine avait-elle commis une quelconque erreur en interdisant la religion des Vazaha ou chrétienne sur son territoire ? » Pour des historiens voulant garder leur objectivité, la souveraine ne se trouvait pas tellement dans son tort. Elle voit de très mauvais œil l’infiltration du christianisme dans son royaume et pour prendre lieu et place de la religion des ancêtres (Ny fivavahan-drazana) que les missionnaires accusent d’idolâtries (fanompoan-tsampy). Mais aussi d’une tentative des Vazaha d’occuper la terre des ancêtres. La suite de l’Histoire ne donne pas tort à la vision de Ranavalona. En tout cas, tout ce qui s’était produit ne contredit pas la crainte de la reine. La Grande île finira un jour par devenir colonie !

Le débat sur la souveraineté nationale reste toujours d’actualité. L’éclatement de la guerre en Ukraine et la position adoptée par le régime en place suscite l’ « indignation » des grands. Madagasikara maintient la position médiane et refuse malgré certaines pressions de prendre position. Une histoire de faire valoir sa souveraineté. Evidemment, les partenaires occidentaux, les grands pourvoyeurs de fonds de la Grande île « regrettent » la position adoptée des Malagasy mais la souveraineté d’Etat n’est pas à négocier.

Tout de même, il faut reconnaitre l’engagement de Rasalama jusqu’à la mort dans la foi qu’elle croit dur comme fer. Un comportement qui fait réflexion.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff