Publié dans Editorial

Au beau fixe 

Publié le jeudi, 15 septembre 2022

Qui dit que Madagasikara et les Institutions de Bretton Woods sont en froid ? Osez croire que le torchon brûle entre les deux, c’est faire preuve de mauvaise foi, voire un grave procès d’intention.
Certes, dans les relations avec les bailleurs de fonds, il existe en permanence des séances de débat et des questionnements parfois houleuses auxquelles les responsables du Gouvernement s’évertuent à donner des explications capables de satisfaire les conditions exigées et voulues par les bailleurs. L’accord de financement d’où qu’il vienne ne s’obtient pas à la légère !
Le Conseil d’administration du FMI approuve le décaissement de 31,2 millions de dollars au profit de l’Etat malagasy. En dépit d’une attente apparemment longue, les membres de l’instance suprême du Fonds donnent le feu vert à l’octroi de la troisième tranche prévue dans le programme de la « Facilité élargie de crédit » (FEC) d’un montant global de 312,4 millions de dollars s’étalant sur quarante mois à compter du 12 février 2021. L’accord a été assorti d’une évaluation mitigée suivant le dernier rapport de la mission confiée à Fréderic Lambert du 18 mai au 1er juin basée sur les critères de performance des responsables malagasy selon les dires de Mokthar Benlamine, nouveau représentant résident du FMI à Madagasikara. De toute manière, l’accord de décaissement signifie que l’Etat malagasy jouit toujours de la confiance des partenaires financiers à commencer par ceux de Washington.
Les acteurs politiques évoluant dans la sphère de l’Opposition scrutent discrètement de loin et attendent avec impatience le verdict du CA du FMI. Le temps relativement long, mis par l’instance dirigeante du FMI pour enfin faire savoir sa décision, alimente quelque part le débat sous la trappe. Certains ont déjà devancé Washington et anticipent un refus sinon un délai supplémentaire avant la décision. Un improbable rejet du CA du FMI aurait fait le … bonheur des cadors de l’Opposition. On comprend bien leur « déception » quand la décision de Washington est tombée par le biais du représentant résident du Fonds à Madagasikara en présence de la ministre de l’Economie et des Finances Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison et du gouverneur de la Banque centrale Henri Rabarijohn.
Compte tenu du rôle primordial des institutions de Bretton Woods sur le mécanisme de la finance mondiale, un éventuel rejet de décaissement de cette quatrième tranche dans le cadre de la FEC provoque un effet désastreux sur l’économie nationale.
L’on sait que le FMI gère le système du financement public entre les institutions de Washington et les Etats membres. Tandis que la Banque mondiale gère le flux des capitaux privés, bilatéraux ou multilatéraux entre Washington et les Etats membres ou directement avec les partenaires financiers.
Ainsi, un refus du FMI signifie blocage à des autres opportunités de financement. En d’autres termes, l’accord de Bretton Woods se présente comme le « sésame » pour d’autres partenariats.
Malgré la difficulté causée par un contexte national et international compliqué, le Gouvernement malagasy parvient à s’en sortir. Il faut dire que réussir à satisfaire les exigences de Bretton Woods n’est pas de toute évidence.
Gestion rigoureuse ! Gouvernance transparente ! Tels sont, entre autres, les critères de performance exigés par le FMI à défaut de quoi on ne peut pas prétendre à un éventuel octroi de financement.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff