Publié dans Editorial

Inqualifiable !

Publié le jeudi, 22 septembre 2022

 Microcebus Berthae disparait ! Le primate le plus petit du monde, dont le poids avoisine les 30 grammes, serait périlleusement menacé de disparition. Un petit bout de primate qui ne se trouve nulle part ailleurs autre que dans la forêt protégée de Menabe - Antimena (Madagasikara). Impardonnable ! Injustifiable ! Inacceptable ! Quel est le terme exact pouvant qualifier un tel drame sinon un tel crime. A défaut d’un crime contre l’humanité, il s’agit d’un drame contre la nature ! C’est une honte nationale !

 

Berthe Rakotosamimanana, une primatologue émérite, décédée le 29 novembre 2005, à l’issue de ses recherches assidues et appliquées dans la forêt protégée du Menabe - Antimena, a découvert  le Microcebus qui va porter son nom « Berthae » comme le veut la règle ou la tradition scientifique.  Une espèce endémique dont la taille défie toute espèce en miniature. Elle ne pèse que 30 grammes. Un vrai bijou voire une merveille que la nature ait pu nous livrer. Mais, quelle horreur ! Nous n’avons pas su garantir la protection nécessaire et voilà que Microcebus Berthae se trouve au bord de la disparition !

Officiellement, la forêt de Menabe – Antimena jouit du statut d’espace protégé. Par principe, la faune et flore qui s’y trouvent doivent bénéficier d’une prise en charge particulière. Justement, en raison de la présence de ces espèces endémiques dans cet espace qui exigent des soins particuliers pour les sauvegarder justifie la mise en œuvre des mesures strictes. Dommage, nous avons raté le coche !

Ce drame du Menabe – Antimena met en évidence le manque de sérieux des responsables concernés censés assumer leur mission et leurs responsabilités. Le cas de Menabe risque de ne pas être isolé. La plupart des « espaces protégés » ne le sont que de nom. Ils sont laissés à la merci des vandales de tout acabit. Des occupants illicites ravagent l’espace sans que les responsables puissent les mettre hors d’état de nuire. Des bandits hors-la-loi agissent en toute quiétude.

Certains élus et des autorités locales se joignent malheureusement à ces criminels et forment en bandes organisées pour piller les richesses naturelles contenues à l’intérieur de ces précieuses zones. En fait, il s’agit d’un véritable complot organisé en réseau puissant contre le trésor naturel sinon le patrimoine naturel des Malagasy.

A terme, la disparition du Microcebus Berthae traduit cyniquement la défaillance des hauts responsables au niveau du département chargé de veiller à la protection voire la survie des espèces endémiques, faune et flore, de la Grande île. La rencontre entre le numéro un du MEDD Maria Marie Orlea-Vina et l’éminent chercheur et primatologue, le Pr Jonah Ratsimbazafy, président du Groupe d’études et de recherches sur les primates (GERP) pour voir ensemble les démarches à suivre sonne comme le fait d’un « médecin après la mort ». Hélas, il fallait attendre qu’une merveille de la nature disparaisse comme c’est le cas présent pour enfin voir les conduites à tenir ! Inqualifiable !

Sous d’autres cieux, dans les pays où la protection de la nature n’est pas un vain mot ni un slogan vide de sens, des responsables jusqu’au plus haut niveau tombent. Tout au moins, ils rendent des comptes et payent de leur manquement.

A ce rythme, Madagasikara sera dépourvu de ses richesses et de son patrimoine.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff