Publié dans Editorial

A la charge !

Publié le jeudi, 14 mars 2024


Antiéconomiques ! Contre-productives ! Honteuses ! Etc.
Très difficile de rester de marbre face à l’état de délabrement très avancé de nos infrastructures routières que même les muets, par la force des choses, crieraient au scandale.
On revient à la charge, pour la énième fois, pour tirer la sonnette d’alarme aux fins de dénoncer, d’interpeller tous les décideurs, tous les responsables de service à toutes les échelles concernées du pays. C’en est trop ! Les dégâts sont tellement inadmissibles que tous les organes de presse nationaux en font état. Tous les véhicules, toutes catégories confondues, poids lourds, taxi-brousse, légers ou particuliers, roulent au pas pour ne pas dire aux arrêts, sur les grands axes nationaux tels que les RN 2, RN 4, RN 5, RN 6, RN 7 etc. N’en parlons plus des Routes d’intérêt provincial (RIP), communal et bien d’autres. Exception faite sur la RN 1 reliant la Capitale à Tsiroanomandidy et pas plus. Mais attention, des nids de poule commencent à apparaitre sur les 242 km d’asphalte de cette route digne desNationales dont les travaux ont été exécutés en 1978, il y a 46 ans,  par une entreprise étrangère respectant les normes requises.
Selon des techniciens observateurs, la dégradation des routes n’est pas forcément le fait d’insuffisances matérielles, financières surtout, mais elle est plutôt due aux défaillances des exécutions des travaux. Notez que l’Etat, par le biais du Fonds d’entretien routier (FER) dispose d’une certaine capacité financière pour réparer les infrastructures routières nationales notamment les grands axes à forte potentialité économique. Ledit fonds tire sa source à travers des taxes diverses.
Le FER est un Etablissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) créé, pour la deuxième version, par l’ordonnance n° 2019 – 001 du 10 mai 2019. En partenariat avec l’AFD et d’autres acteurs nationaux ainsi que des taxes diverses, le FER se concentre à financer les travaux de réparation des infrastructures nationales servant les grands axes d’utilité économique du pays. L’objectif étant d’assurer des routes nationales bien entretenues durant toute l’année. Les dernières grandes retouches des routes nationales (RN 2, RN 4, RN 6, RN 7, …) remontent aux exercices 2021 – 2022. En un an et quelques miettes de mois, les routes redescendent aux enfers ! Aucun véhicule, sur la RN 2, à titre d’exemple n’arrive plus à rouler convenablement. Il faut avancer obligatoirement au pas. Des nids de poule pour les plus chanceux. En général, des nids d’autruche sinon des trous béants capables d’engloutir les véhicules légers sèment le chaos.
Ainsi donc, la responsabilité du délabrement des infrastructures routières incombe à juste titre à la prestationdes travaux des entreprises adjudicataires. Le parfum de manigances, autour de l’octroi des travaux censés être les moins disants, se sent. Inutile de creuser loin pour décortiquer! La corruption, cette tumeur qui infeste le corps de l’administration, dicte la loi.
Le plus grand perdant dans tout cela, c’est toujours le peuple, les contribuables. Les usagers qui paient le plus la facture sont les premières victimes.
On ne supporte point, du moins les hauts dirigeants du pays, les moindres critiques surtout quand elles viennent d’autres cieux, mais nous devons admettre en toute humilité que la gabegie, le laxisme et notamment la corruption règnent en maître chez nous. Corrigeons le mal !
Ndrianaivo


Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff