Publié dans Editorial

Pari tenu !

Publié le vendredi, 21 juin 2019

Emballé dans une dynamique productive, le régime IEM engrange des prouesses inédites. Seulement, en cinq mois exactement au pouvoir, jour pour jour, ce mercredi 19 juin, le Président Rajoelina réalise l’énième pari : la baisse des prix à la pompe. Coincés de part et d’autre dans un puissant étau, les pétroliers finirent par craquer. Dans un sens, la ténacité du Chef de l’Etat qui ne voulait en rien lâcher prise et de l’autre la pression populaire, il n’y a d’autres issues pour les patrons du pétrole que de céder. Loin d’être « symbolique » comme le laissait entendre certaine presse de la place et ce pour relativiser les efforts louables consentis et le résultat positif obtenu, la baisse est nettement significative. Le Chef de l’Etat a pu décrocher une réduction de 500 ariary pour le pétrole lampant, 150 ariary pour le gasoil et 100 ariary pour l’essence super. Quand un confrère, beaucoup plus honnête, d’un quotidien local qualifiait d’historique la décision, il a vu net. A noter que cette révision à la baisse a été statuée tout en prenant en considération des paramètres incontournables à savoir le prix de référence frontière, le coût du transport et du stockage, le coût de la distribution ainsi que les taxes et les redevances. Ceci pour nous signifier qu’il ne s’agit nullement d’un simple « coup de tête » ou d’un forcing de la part du jeune Président mais c’est le fruit d’un débat franc et honnête entre gentlemen bien élevés avec comme base de discussion des paramètres concrets et indiscutables.

D’autres décisions tout aussi importantes qu’historiques ont été également prises entre autres la révision à la hausse de la rémunération des gérants de station qui sont en grande partie des nationaux et la suppression des subventions. C’est la première fois durant des dizaines d’années que l’Etat se soucie des intérêts des opérateurs privés locaux. Lesdits gérants par la voix du président de leur collectif, Rakotozafy Martin, n’ont de cesse d’alerter les différents responsables de leur cas alarmant  du fait d’une marge bénéficiaire trop serrée qu’on leur accordait. Ce geste fort louable de Rajoelina s’inscrit dans le cadre général des efforts entrepris pour améliorer les conditions de vie des malagasy. Un pari qui lui tient à cœur. Et il n’est pas à son premier pas. Tout au moins, le régime se trouve à son quatrième trophée. Auparavant, en cinq mois de pouvoir, le jeune président avait eu déjà trois « médailles » sur le tableau du palmarès. Au premier rang, le rapatriement des jeunes filles ayant vécu le calvaire durant leur séjour de travail au Koweït. L’Etat a pris en charge toutes les démarches nécessaires (transports, paperasses diverses …). Le deuxième, la révision à la hausse du salaire minimum à hauteur de 200.000 ariary. Sur ce, il a fallu à Rajoelina batailler fort auprès du patronat pour y aboutir ! Et le troisième acte de bravoure qui a frappé fort l’opinion consiste à la suppression du banquet d’Iavoloha dans le cadre de la célébration officielle de la Fête nationale du 26 juin. Désormais, ce sera une « fête populaire » ! Quand le candidat Rajoelina annonçait qu’il fera tout pour « sauver » le pays, il n’a point menti. Il a tenu son pari.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto

La Une

Editorial

  • Groupe de Panorama, m'as-tu vu !
    Et voilà, le monsieur réapparait ! Après avoir été limogé du fauteuil de ministre de la Communication pendant quatre longues années, il terrait quelque part. Il remonte subitement en surface et micro à la main, occupe le devant de la scène. La traversée du désert, dans l'obscurité de la nuit, commence à lui taper les nerfs. La station de radio, la seule compensation après la « chute », lui avait été arrachée brutalement. Il faut bien bouger les f… !

A bout portant

AutoDiff