Publié dans Editorial

A 2020 !

Publié le dimanche, 30 juin 2019

Le rideau de la célébration du 59ème anniversaire du retour à l’indépendance de Madagasikara est définitivement tombé. Maintenant, place au train-train implacable de la vie quotidienne ! Les tracas quotidiens reprennent leurs... droits. Et ainsi va la vie ! D’aucuns n’ignoraient que cette fois-ci la célébration de la fête nationale du 26 juin, portait un cachet voire un éclat particulier.Sauf pour les esprits tordus, il fallait admettre en toute sincérité et honnêteté qu’on avait assisté, partout à travers l’île, à des jouissances populaires inédites. Le Gouvernement voulut apposer un insigne particulier digne du renouveau. Enfin bref, une ère nouvelle s’installe ! La première et la nouvelle touche apportée concerne l’allure même des festivités : une jouissance populaire. Selon les consignes précises du Chef de l’Etat, la fête nationale du 26 juin 2019 dut revêtir le caractère strictement populaire. Les femmes et les hommes tenants du régime ont mis un terme à une fête nationale bipolaire ou à deux vitesses. En effet, durant les 59 ans de l’indépendance, la tradition voulait que l’Etat organise une fête pour les dirigeants et leurs proches ainsi que les corps diplomatiques et les corps consulaires accrédités à Madagascar et une autre pour le bas peuple. La première n’avait rien à voir avec la seconde ! L’insolente jouissance des « élites » ou des riches faisant courir le Trésor public se tenait au Palais d’Etat et la morbide fête anonyme des masses populaires ou des pauvres sans-abri se passait nulle part ailleurs. Dorénavant, il n’existe plus qu’une fête ou  jouissance, celle destinée à tout le monde.


L’autre aspect marquant l’ère nouvelle instaurée  autour de la célébration de la Fête nationale réside sur le fait que le numéro un du pays Rajoelina Andry, en personne, s’était fondu dans la foule pour fêter ensemble le 26 juin. Les barrières protocolaires s’évanouirent. Le fossé qui séparait les dirigeants et le peuple n’existe plus. Le « mur » s’écroule ! Ainsi sur terrain, la liesse fut palpable à l’œil nu. Le geste du Président donnait un éclat particulier et avait beaucoup plu au peuple. Et le Président Rajoelina donne rendez-vous à 2020 ! Il promet une Fête populaire grandioseet solennelle digne des 60 ans du retour à la souveraineté nationale.Pour un homme, atteindre les 60 ans traduit la maturité. D’après la promesse présidentielle, de grands évènements marqueront d’une pierre blanche l’évènement. D’abord, on maintiendra le cap du caractère populaire de la Fête nationale. Les hauts dirigeants se joindront au « vahoaka » pour la liesse populaire. Les festivités seront doublées d’intensité voire plus en termes de jouissances et d’attractions populaires.
Parallèlement, de grands « zava-bita » signeront la solennité de cette étape historique, le 60ème anniversaire. Entre autres, la signature d’un accord bilatéral scellant le sort des îles Eparses. Selon la décision prise entre les deux Chefs d’Etat, Macron et Rajoelina, à l’Elysée le 31 mai dernier, une commission mixte va élaborer  l’accord-cadre à ce sujet. La réfection totale du Palais de la Reine aboutira à son terme et sera inaugurésolennellement ce jour du 60ème anniversaire de l’indépendance. Soyez certains, ce sera un grand jour pour la souveraineté et la fierté nationale.
Adieu 26 juin 2019 et le rendez-vous est fixé à 2020 ! Qui vivra, verra !

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff