Publié dans Editorial

Recadrage nécessaire

Publié le mardi, 09 juillet 2019

Le calendrier scolaire de Paul Rabary crée des vagues. Parents d'élèves, professionnels de l'éducation, observateurs de tout bord et d'autres dont de simples citoyens  émettent des objections à considérer. Le ministre de l'Education nationale, sous l'ère Paul Rabary, confectionna un nouveau programme scolaire dans le cadre du Plan sectoriel de l'éducation (PSE) et  qui entra progressivement en vigueur dès cette année scolaire 2018-2019. Avec la contribution matérielle et technique des Partenaires financiers et techniques (PTF), l'équipe du MEN a élaboré en vertu du PSE un document de Cadre d'orientation et d'organisation du curriculum malagasy (COOCM).

 

En gros, les bases du PSE consistent essentiellement en trois grands axes. En premier lieu, maitriser la notion fondamentale de la lecture. Ensuite, apprivoiser le mécanisme de base de l'écriture. Et enfin, maitriser les arcanes de base des mathématiques. Et tout cela au bout des trois premières années d'études de perfectionnements scientifiques de l'éducation à la citoyenneté et environnementales puis de la disposition des connaissances et des capacités requises pour apprendre tout au long de la vie. Les changements sont axés sur la structure de l'éducation qui sera basée sur une éducation fondamentale de 9 ans afin de respecter l'engagement dans le monde professionnel à partir de 15 ans.

Jusque- là, d'aucuns n'y trouvent de quoi à s'inquiéter ni d'inconvénients. Les trois axes fondamentaux du COOCM répondent parfaitement aux attentes et aux besoins des enfants malagasy. Encore faudrait-il avoir un solide programme de scolarisation à la base. Le problème récurrent de l'éducation à Madagascar se  repose d'abord sur la capacité à convaincre les parents d'envoyer leurs enfants à l'école. C'est un défi difficilement relevé dans un pays comme le nôtre. En dépit des efforts entrepris par les régimes successifs, le taux de scolarisation demeure à un niveau dérisoire. L'un des plus bas en Afrique. Rien qu'à voir ces badauds en âge de scolarisation par centaine voire par millier qui grouillent, même en plein centre de la Capitale, dans les marchés d'Analakely, d'Andravoahangy ou d'Isotry.  Presque tous les ministres qui se sont succédé à la « Trano boribory » à Anosy ont tous échoué.

Ce document cadre n'a rien de répréhensible mais là où le bât blesse c'est que dans le cadre de ce nouveau plan, le calendrier scolaire subit des modifications profondes. Désormais, il s'étalera de mars à novembre. Certes, des raisons apparemment logiques expliquent le changement. Entre autres, les périodes de pluie et celles de soudure qu'il fallait éviter. Seulement, on devait prendre en considération d'autres motifs beaucoup plus sensibles et plus sérieux.

De mars à novembre, les élèves feront face aux hivers rudes des hauts plateaux et des chaleurs torrides de la côte. Mais la raison majeure qui amène les parents à avoir des soucis avec ce nouveau programme se situe au fait qu'il va accentuer le déséquilibre entre pauvres et riches dans la mesure où les familles aisées dont les tenants du pouvoir vont inscrire leurs progénitures ailleurs sous d'autres cieux. Tandis que les familles moyennes et surtout celles en difficulté se contenteront des études sur place étant donné que le calendrier scolaire et universitaire local est en décalage avec ceux en vigueur ailleurs.

Enfermé dans un tour d'ivoire, l'éducation des enfants du peuple n'aura pas la chance d'évoluer. Un recadrage s'avère nécessaire !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff