Publié dans Editorial

Servir et non se faire servir !

Publié le vendredi, 23 août 2019

En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

En effet, dès les premières réunions de la première session extraordinaire à Tsimbazaza, la presse locale fit état de la « grogne » de certains élus concernant les avantages dus aux élus dont entre autres le remboursement des carburants. Du coup, on sentait le retour au galop des mauvaises pratiques de l'ancien régime liées au pillage de la caisse de l'Etat.

Dès lors que les nouveaux tenants du régime prônent et affichent noir sur blanc à qui veulent le savoir la nécessité d'appliquer à la lettre la politique de l'austérité, le rappel à l'ordre du perchoir arrive à point nommé. D'aucuns se rappellent de la « mise à sac » du Trésor public par les anciens dignitaires (membres du Gouvernement, parlementaires, hauts responsables d'Etat) du régime HVM. L'histoire de « mallettes » et « tablettes » qui rôdaient en permanence dans les coulisses du Palais de Tsimbazaza firent grincer les dents des concitoyens contribuables. On dilapidait l'argent du peuple. On se fait servir sans le moindre souci des intérêts de la Nation. A table, tout le monde, notamment les membres du cercle du pouvoir « mangeaient à satiété ». Et après moi, le déluge !

Les parlementaires, les représentants légitimes du peuple, en vertu de leur mission sacrée et au nom des intérêts supérieurs du pays, sacrifient leur ego. Le siège ou le fauteuil à l'Assemblée nationale ne doit pas, en aucun cas, être saisi pour une occasion d'enrichissement au détriment du « vahoaka » ou de la caisse publique. Il faut toujours garder à l'esprit qu'on est là pour « servir » et non pas « se faire servir ». Etre serviteur est une situation qui ne permet à jamais d'avoir la tentation de se faire servir.

Seulement, à entendre les résolutions adoptées à Tsimbazaza lors de la séance à huis clos touchant le Règlement intérieur, destinées aux membres de cette Institution et relatives aux droits et avantages des députés, on ne peut s'empêcher d'être perplexes. Les membres du Bureau permanent ont droit chacun à un directeur de cabinet et des conseillers et chaque député a droit à un conseiller technique et six assistants parlementaires. Décidément, mais où sommes-nous ? Le parlementaire malagasy n'a rien à envier d'un membre du Congrès américain. Quel privilège ! Peut-être le fait que l'Exécutif a écarté à toute option « d'offrir » un véhicule tout-terrain aux élus de Tsimbazaza que voilà Messieurs et Mesdames les députés se rattrapent indûment à d'autres avantages qui, au final, risquent de porter un coup fatal à la moribonde caisse de l'Etat. Tant qu'on y est, on doit aussi annoncer publiquement tous les avantages en numéraires (salaires, indemnités et avantages divers) accordés aux députés. Transparence et austérité obligent !

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff