Publié dans Editorial

Maudits délestages !

Publié le mardi, 12 novembre 2019

Les coupures d’eau et d’électricité reviennent au galop. Supposées être disparues dans les travées de la vie quotidienne des Malagasy, elles réapparaissent. Tel un oiseau de mauvais augure, les coupures intempestives ne présagent, en rien, un avenir meilleur et elles continuent de sévir durement. Décidément, les délestages s’acharnent sur nous, aveuglément et sans distinction, et créent des vagues de révolte. A l’allure où vont les choses, le risque d’explosion sociale est à craindre. Les souvenirs douloureux des périodes sombres du régime HVM hantent les esprits. Les pauvres usagers n’en peuvent plus. On aurait l’impression que le courroux des dieux s’abat sur le pays.

Et comme pour les apaiser, on a dû sacrifier en « offrande » le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga. En outre, des directeurs de la société ont été immolés en sacrifice sur l’autel. Mais apparemment, ils (les dieux) ne décolèrent point. Le régime politique, en place, doit se méfier sérieusement des effets nuisibles de ces résurgences malencontreuses de coupures ou de délestages ou d’autres termes utilisés pour masquer les défaillances. Tout le monde, l’éternelle victime, attend de la JIRAMA, le principal responsable de la catastrophe, de trouver dans les meilleurs délais, les voies et les moyens pour conjurer le mauvais sort. Il ne suffit pas de faire sauter des fusibles, on doit oser aller en profondeur et faire montre de jugeote pour pondre des solutions efficaces et pérennes.

L’eau, cet élément indispensable à la vie de tout être sur terre, devient rarissime. Effectivement, c’est une denrée rare à laquelle l’homme et les animaux ne peuvent jamais se priver. Depuis toujours dans le Sud du pays, l’eau potable se présente comme un luxe que le commun des mortels ne pouvait jamais se permettre d’acquérir. Tellement très cher et pratiquement inaccessible qu’on doit se contenter des eaux jaunâtres ou  boueuses que même les animaux d’élevage rechignent à avaler. Mais le mal s’étend dans le reste du pays et atteint les zones longtemps considérées être à l’abri comme Antananarivo, la Capitale de Madagasikara. Quand l’eau jaunâtre voire boueuse s’invite à la cuisine au robinet des abonnés, il y a de quoi à s’insurger ! Et pire, les explications et les solutions que les dirigeants de la société nationale tentent d’avancer sont loin de convaincre les victimes. On a l’impression du « déjà entendu ou déjà vu » !

L’électricité, ce produit devenu « de luxe » au même titre que les produits de première nécessité ou PPN, tord le cou des usagers. Un souffre-douleur que même les plus coriaces aux reins solides supportent mal. Les coupures de courant à répétitions en l’espace de quelques minutes déboussolent plus d’un. Appareils ménagers en particulier les plus fragiles ou délicats et matos les plus perfectionnés et qui coûtent les yeux de la tête en souffrent.

La population en général et les abonnés de la JIRAMA en particulier ne méritent plus de tels traitements. Jusqu’où et jusqu’à quand ces maudits délestages iront-ils pour détruire ainsi le quotidien du peuple ? De ses incuries et des laxismes incorrigibles, le régime HVM de Rajaonarimampianina en a payé de son pouvoir. Les manquements répétés aux paroles données ne se laisseront jamais impunis. Avis aux amateurs et à bon entendeur salut !

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff