Publié dans Editorial

Tana-Masoandro, à la base !

Publié le jeudi, 28 novembre 2019

Retour à la case départ ! De sources concordantes, on concocterait au sommet de l’Etat la révision à la base de la méthode d’approche relative à la mise en œuvre du grand projet présidentiel Tana-Masoandro. Certes, il ne s’agit nullement de remettre en cause le projet mais plutôt de revoir la copie des responsables directs auprès des paysans afin de pouvoir démarrer le chantier à Ambohitrimanjaka et à Ambohidrapeto. Le projet Tana-Masoandro entre dans la ligne droite des stratégies annoncées au sein de l’IEM et confirmées par les Velirano (point X) que le candidat n° 13 Rajoelina Andry Nirina s’engageait à  concrétiser durant la campagne électorale. Une fois élu et investi de ses fonctions de Chef d’Etat, Rajoelina met en branle la réalisation de ses engagements.
Tana-Masoandro s’inscrit dans l’objectif de désengorger Antananarivo. Par tous les moyens, il faut « éclater » la ville. C’est une option irréversible et incontournable. La création d’une ville nouvelle s’avère donc indispensable. La population s’étouffe, la ville vit dans l’étroit. Prévue pour abriter une population d’au plus 500.000 habitants, Tanà « loge » selon les dernières statistiques quelque 2.500.000 bonnes âmes. C’est effarant ! A l’état actuel des choses, l’extension de la ville est une question de … vie ou de mort ! L’expert en la matière, Mamy Rajaobelina, architecte urbaniste de son état, n’est pas allé sur le dos de la cuillère pour qualifier de « vital pour le futur de la Capitale » » le projet présidentiel Tana-Masoandro. Et notre architecte urbaniste de renom d’ajouter en substance que  le choix du site Ambohitrimamnjaka-Ambohidrapetro relève d’une option judicieuse. La localisation de Tana-Masoandro à cette partie Nord-Ouest de la Capitale résulte ainsi des études sérieuses et approfondies. Pour ce qui est du problème épineux de remblaiements des rizières, il ne faut pas trop fantasmer là-dessus. Et dire que nous nous sommes spécialisés dans des débats aux faux problèmes. Les remblais existaient depuis la nuit des temps à Antananarivo. Les grands rois Andriamasinavalona (1675-1710) ou Andrianampoinimerina (1787-1810) n’avaient pu rien faire pour ériger les digues sans recourir aux remblais. Plus près de chez nous, l’Hôtel de ville d’Analakely et la mythique Place du 13 mai ne seraient pas là sans avoir passé par des remblaiements. Et les exemples sont nombreux. Soulignons une bonne fois pour toute que la « Ville ou le Village des Mille » à l’époque d’Andrianjaka se limitait à de simples maisons d’habitation aux alentours immédiats de la case royale sur le haut de la colline Analamanga. Le reste, les « bas quartiers » d’aujourd’hui ne sont que des extensions nécessitant à tout moment à des remblais. Donc, il ne faut pas tromper les gens !
En dépit du caractère impérieux voire vital pour l’avenir d’Antananarivo, Tana-Masoandro peine à démarrer. En cause, l’échec de la méthode d’approche des techniciens du MATHTP auprès des paysans touchés par le projet. Une maladresse qui a donné l’occasion aux « ennemis de la Nation » de battre en brèche l’initiative. Il faut nécessairement revenir à la case départ et en parler en toute sincérité avec les paysans concernés. Mais avant toute chose, le locataire d’Iavoloha doit songer à remanier l’équipe jusqu’au plus haut niveau du Département. C’est une condition sine qua non de réussite.

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff