Publié dans Politique

Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère

Publié le lundi, 03 août 2020

L'évaluation périodique des membres du Gouvernement arrive à point nommé, en cette période de situation d'urgence sanitaire. Selon les observateurs de la vie publique et politique, il est crucial de placer des leaders hors pair à la tête des ministères. Le Président de la République Andry Rajoelina a affirmé depuis le début de son mandat que les ministres feront l'objet d'une évaluation systématique pour déterminer leurs performances à réaliser leurs contrats programmes respectifs. Pour cette année 2020, l'évaluation du premier semestre arrive à point nommé, notamment en cette période d'urgence sanitaire. Le contexte particulier dans lequel se trouve le Gouvernement pourrait repousser à une date ultérieure cette évaluation. Néanmoins, elle s'avère tout de même nécessaire dans certains cas. A la limite un toilettage à défaut d'un remaniement.

 

L'approche des examens officiels est le principal motif de ce toilettage, si on ne prend que le cas du ministère de l'Education nationale qui, à l'heure actuelle, est toujours dirigé par une ministre par intérim. Que les examens officiels se tiennent aux dates indiquées par le Président de la République ou de nouveau reportés pour cause de pandémie, la nomination ne devra pas tarder. Le ministre de la Santé publique Ahmad Ahmad est mal assis depuis la résurgence de la pandémie de coronavirus et suite à la lettre qu'il a adressée aux partenaires techniques et financiers. Et il y a également le cas de la ministre de la Population qui en se mariant avec un diplomate étranger crée une situation inédite au pays.

A la veille de chaque remaniement, des voix commencent à se faire entendre réclamant untel ou untel à la tête d'un ministère. Concernant particulièrement le ministère de l'Education nationale, des syndicats ont commencé à dresser le profil du futur ministre tout comme cette association regroupant soi-disant des enseignants. Si les premiers proposaient la fin de l'hégémonie féminine à la tête du ministère, la seconde, sans le dire ouvertement, avance que ce poste ministériel devrait revenir à un des siens. Quoi qu'il en soit, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme, le plus important est que les futurs ministres remplissent des qualités irréprochables. L'essentiel c'est qu'ils soient avant tout des visionnaires dotés d'une volonté de fer à travailler pour le pays et pour la population. Le futur ministre de l'Education nationale peut ne pas être un technicien de l'enseignement mais une personnalité venant d'autres corps.

D'ailleurs, cette pratique est chose courante à l'étranger. En France par exemple, le ministre des Affaires étrangères n'est pas un diplomate mais un militaire, le ministre de la Justice et Garde des sceaux un avocat et non magistrat. Au Canada, la ministre de l'Agriculture et de l'agroalimentaire n'est ni une ingénieure agronome ni une ingénieure halieute ni une ingénieure en élevage, elle est parlementaire et femme d'affaires. Toujours dans ce pays, la ministre de la Santé n'est ni un médecin ni un professeur mais a fait des études en administration publique.

Etre un bon leader paraît également une qualité exigée, sachant mener son équipe ministérielle vers le bon sens, rattraper le retard de développement de Madagascar. La réalisation du contrat programme fixé par le Président de la République et délimité dans l'Initiative Emergence de Madagascar ne dépend, en effet, des seules actions du ministre et de son équipe au sein du cabinet. Tous les agents du ministère jouent également un rôle essentiel dans l'atteinte de l'objectif fixé. Enfin, le critère important pour assurer le poste de ministre est d'être un bon gestionnaire. Le futur ministre aura en effet à gérer un portefeuille ministériel de plusieurs milliards d'ariary, voire même des centaines de milliards d'ariary. Le titulaire du poste doit gérer le budget du ministère conformément à la loi et à sa destination. A titre d'exemple, au sein du ministère de l'Education nationale, le budget alloué à la vacation des examens au profit des instituteurs doit être dépensé dans ce sens et non pas faire l'objet d'un transfert de crédit à d'autres fins….

Fil infos

  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente
  • Région Alaotra Mangoro - Le Président Andry Rajoelina honore ses promesses
  • Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !
  • Secret du vote aux sénatoriales - Une seule et unique urne par District
  • Découpage territorial - Ikongo, Vohipeno et Manakara inséparables
  • Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « zalous »
  • Code municipal d’hygiène - Sensibilisation et éducation du citoyen avant tout
  • Mairie d’Antananarivo - Des élus oublient leur principale mission

La Une

Editorial

  • Jeu interdit !
    A quoi joue-t-on là-haut ? Immaturité politique ou gaminerie mal assimilée ! En tout cas, quelque chose pas très catholique du moins déconcertant se produit dans les rangs des dirigeants du régime en place. Totalement inconscients de l’impact nocif de leurs actes, certains s’amusent à s’adonner à un certain jeu dangereux, guerre entre frères d’armes. Non seulement un jeu dangereux mais plutôt interdit. Des observateurs avisés redoutent l’éclatement.

A bout portant

AutoDiff