Publié dans Politique

Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère

Publié le lundi, 03 août 2020

L'évaluation périodique des membres du Gouvernement arrive à point nommé, en cette période de situation d'urgence sanitaire. Selon les observateurs de la vie publique et politique, il est crucial de placer des leaders hors pair à la tête des ministères. Le Président de la République Andry Rajoelina a affirmé depuis le début de son mandat que les ministres feront l'objet d'une évaluation systématique pour déterminer leurs performances à réaliser leurs contrats programmes respectifs. Pour cette année 2020, l'évaluation du premier semestre arrive à point nommé, notamment en cette période d'urgence sanitaire. Le contexte particulier dans lequel se trouve le Gouvernement pourrait repousser à une date ultérieure cette évaluation. Néanmoins, elle s'avère tout de même nécessaire dans certains cas. A la limite un toilettage à défaut d'un remaniement.

 

L'approche des examens officiels est le principal motif de ce toilettage, si on ne prend que le cas du ministère de l'Education nationale qui, à l'heure actuelle, est toujours dirigé par une ministre par intérim. Que les examens officiels se tiennent aux dates indiquées par le Président de la République ou de nouveau reportés pour cause de pandémie, la nomination ne devra pas tarder. Le ministre de la Santé publique Ahmad Ahmad est mal assis depuis la résurgence de la pandémie de coronavirus et suite à la lettre qu'il a adressée aux partenaires techniques et financiers. Et il y a également le cas de la ministre de la Population qui en se mariant avec un diplomate étranger crée une situation inédite au pays.

A la veille de chaque remaniement, des voix commencent à se faire entendre réclamant untel ou untel à la tête d'un ministère. Concernant particulièrement le ministère de l'Education nationale, des syndicats ont commencé à dresser le profil du futur ministre tout comme cette association regroupant soi-disant des enseignants. Si les premiers proposaient la fin de l'hégémonie féminine à la tête du ministère, la seconde, sans le dire ouvertement, avance que ce poste ministériel devrait revenir à un des siens. Quoi qu'il en soit, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme, le plus important est que les futurs ministres remplissent des qualités irréprochables. L'essentiel c'est qu'ils soient avant tout des visionnaires dotés d'une volonté de fer à travailler pour le pays et pour la population. Le futur ministre de l'Education nationale peut ne pas être un technicien de l'enseignement mais une personnalité venant d'autres corps.

D'ailleurs, cette pratique est chose courante à l'étranger. En France par exemple, le ministre des Affaires étrangères n'est pas un diplomate mais un militaire, le ministre de la Justice et Garde des sceaux un avocat et non magistrat. Au Canada, la ministre de l'Agriculture et de l'agroalimentaire n'est ni une ingénieure agronome ni une ingénieure halieute ni une ingénieure en élevage, elle est parlementaire et femme d'affaires. Toujours dans ce pays, la ministre de la Santé n'est ni un médecin ni un professeur mais a fait des études en administration publique.

Etre un bon leader paraît également une qualité exigée, sachant mener son équipe ministérielle vers le bon sens, rattraper le retard de développement de Madagascar. La réalisation du contrat programme fixé par le Président de la République et délimité dans l'Initiative Emergence de Madagascar ne dépend, en effet, des seules actions du ministre et de son équipe au sein du cabinet. Tous les agents du ministère jouent également un rôle essentiel dans l'atteinte de l'objectif fixé. Enfin, le critère important pour assurer le poste de ministre est d'être un bon gestionnaire. Le futur ministre aura en effet à gérer un portefeuille ministériel de plusieurs milliards d'ariary, voire même des centaines de milliards d'ariary. Le titulaire du poste doit gérer le budget du ministère conformément à la loi et à sa destination. A titre d'exemple, au sein du ministère de l'Education nationale, le budget alloué à la vacation des examens au profit des instituteurs doit être dépensé dans ce sens et non pas faire l'objet d'un transfert de crédit à d'autres fins….

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff